Anne Béric le Goff

Cette cuvée du Château Larrivaux fait mentir la réputation d’austérité voire d’âpreté des crus médocains. Le millésime 2016 marqué notamment par un été indien y est pour beaucoup. Mais pas seulement, car ce domaine a la réputation d’être conduit par des femmes depuis 1580. Ce qui est encore le cas aujourd’hui … d’où peut-être cette finesse des tannins. Le nez exhale des arômes de fruits noirs tels que mûres et cassis. En bouche, il y a de la rondeur et de la gourmandise, une chair fruitée et agréable pour cet assemblage de 53% de merlot, 33% de cabernet sauvignon, 9%…

Read More

Où commencer l’année du Rat ? Pourquoi pas au Mandarin de Choisy, brasserie sino-thaï immanquable du Chinatown parisien, à l’angle de la rue de Tolbiac et de l’avenue de Choisy. Ce mandarin ne date pas d’hier mais de 1982. Précurseur avant l’heure de cette vague de fond où les Chinois se sont mis à racheter bien des cafés. Sauf qu’ici les caractéristiques du bistrot demeurent, sans doute à cause de ses patrons ou plutôt de sa patronne qui, de derrière son comptoir, a l’œil à tout et n’a rien à envier à une bougnate cantalienne des années trente. Son équipe…

Read More

L’Auberge Aveyronnaise est située au cœur du quartier de Bercy, celui des Aveyronnais de Paris. C’est là, près de la rue de l’Aubrac, que siège leur fédération et qu’ils ont bâti un foyer qui héberge des cadets du Rouergue venus travailler à Paris. Beaucoup de clients qui ont ici leur table attitrée ne se lassent pas de cette adresse aveyronnaise. Question décor, l’Auberge Aveyronnaise s’affiche dans la tradition médiévale : cheminée, piliers de pierre, blasons du Rouergue et tapisseries au mur. On n’est pas dans le « tendance » ou alors celui des Mousquetaires de la Reine. Les tables sont dressées avec…

Read More

Le Bonaparte … ou bio-naparte Le héros d’Arcole doit être content d’avoir donné son nom à l’un des beaux cafés germanopratins. De fait, le Bonaparte qui offre une vue imprenable sur l’église de Saint-Germain des Près a vécu une seconde jeunesse. Avec une décoration et une architecture intérieure revue de A à Z et un ascenseur de bois qui permet de voir défiler Napoléon et Marie-Louise quand on on file aux toilettes … Sur le plan des propositions culinaires, le Bonaparte sort également de la norme. Ni brasserie, ni restaurant, ni snacking … mais une « cuisine de bar » qui met…

Read More

Deuxième adresse des fondateurs des Résistants, cet Avant-Poste entre Château d’Eau et Gare de l’Est participe à la même philosophie. Être une table engagée. Comprenez défendre un engagement pour la biodiversité alimentaire et la défense de l’agriculture paysanne, de leur travail et de leurs produits. Sans oublier le bien-être animal. Effectivement les assiettes donnent la part belle au végétal avec la mise à l’honneur de légumineuses (pois cassé dans le velouté, petit épeautre servi avec les coques sauvages) et aux légumes oubliés : panais, carottes jaunes, pâtissons se dressant fièrement autour de la viande ou du poisson). Les assiettes ont du…

Read More

Cette Réserve de Georges n’a guère de retenue quand elle s’exprime. Avec ce jus rouge pourpre bien croquant avec de la mâche et de la fraîcheur, ce vin fait songer à une ambiance de noce paysanne languedocienne durant la Belle Epoque. De fait, cette cuvée AOP Cabardès (40% de cabernet-sauvignon, autant de syrah et le reste en merlot) mérite le détour. S’il fallait en conseiller une dans la nouvelle gamme de Maison Ventenac – 6 IGP et 4 AOP -ce serait sans doute celle-ci. (Prix : 9,90€). Elle est, parmi d’autres, l’illustration de la révolution culturelle conduite par ce principal…

Read More

L’Atlantique est une belle brasserie. A droite de la Gare Montparnasse, le paquebot est immanquable. Ne pas hésiter à franchir sa passerelle. Ici, le décorateur s’est appuyé sur le registre maritime. Au comptoir, les barres permettent de supporter un grain en restant debout… Aux murs, maquettes de beaux voiliers et tableaux de régates et autres navires hauturiers laissent passer aux clients l’idée du grand large. Une belle lumière, des teintes douces, l’affaire, qui mixe tous les publics avec harmonie, tourne bien et laisse entendre un bon son. L’équipage, qui a le sens de l’accueil, n’y est pas étranger. Eric et…

Read More

Ancien patron de boîte et moniteur de ski à Font-Romeu, Bruno Servant n’a jamais reculé devant l’inclinaison d’une pente. Il est logiquement devenu ce viticulteur de « pistes noires». Les siennes sont situées en Roussillon, entre 250 et 300 m d’altitude et offrent une vue vertigineuse sur Collioure, Banyuls et l’anse de Paulilles, la plus jolie petite baie de France. Au fil des ans, ce restaurateur de Collioure a racheté 17 ha de parcelles héroïques dont les ceps prennent racine dans les failles de schistes. Des vignes qui ne se conquièrent qu’au mental et aux mollets. Bouille et âme de rebelle…

Read More

A l’heure des concepts de burgers et autres Italian food, voilà un petit restaurant de la rue Poncelet qui progresse à son rythme et n’a pas besoin de faire du bruit pour marquer les esprits. Dans ce bien nommé Escient, l’aventure gastronomique se vit en famille depuis 2011. Avec une configuration différente de celle des bougnats d’antan. C’est Catherine Méchin, la maman, qui est en salle tandis que le père et la fille sont en cuisine. Pierre et Claire sont deux chefs formés chez Ferrandi et passés par bien des fourneaux étoilés. Lui a commencé aux Armes de Bretagne en…

Read More

Les brasseries alsaciennes parisiennes baisseraient-elles la garde devant les bistrots ? Dernier exemple parmi d’autres, la transmutation de la Taverne Karlsbrau face à la Gare de Lyon en Bistrot de la Gare par le groupe familial aveyronnais Joulie (Chartier, l’Européen…). Redécoré dans un style bistro-rétro-ferroviaire, ses nombreuses affiches de trains sauront parler au cœur des amoureux de la Lison, du nom de la loco de la Bête Humaine de Zola. Ce Bistrot de la Gare n’est pas un petit troquet de quartier. Plutôt un grand café avec étage et rotonde. Belle terrasse, comptoir et cuisine agités de vie. En haut,…

Read More

Très fort Lactalis ! ou comment faire, sans en avoir l’air, pour tuer dans l’œuf un projet d’AOP qui pourrait faire de l’ombre à votre marque ? Illustration avec le Pérail, petit fromage rond frais au lait brebis remontant aux Romains, disparu avec l’envolée du roquefort et relancé par des néo-ruraux avec la lutte dans les années 70 contre l’extension du camp militaire du Larzac. Après 25 ans de travail, ses producteurs pensaient toucher au but avec sa reconnaissance par l’INAO. Membre de l’association, réalisant 70% de la production avec 1000 tonnes de pérail sous la marque Lou Pérac, la…

Read More

L’Oulette est un bistrot tout en longueur que la lumière a du mal à pénétrer tant sa vitrine semble saturée d’autocollants de tous les guides. Il faut dire que le Sylvain Tracard, originaire de Bergerac devenu patron de l’endroit y officie depuis très longtemps … En bon maître-restaurateur, il travaille tout maison et tient à le faire savoir. De fait sa Oulette – petite marmite en vieux français ?- est fréquentée par la planète entière à commencer par des Américains à la fois séduits par le côté patiné et intimiste du lieu et rivés par ses spécialités tels que le…

Read More