Author: Anne Béric le Goff

Il y en a certains que le bannissement des autos sur l’artère Saint-Antoine/Rivoli ne contrarie pas. A l’exemple des clients de l’Arsenal, bistrot indéboulonnable à la déco années 60. Son patron, pur bougnat du Rouergue, a su s’adapter à la nouvelle donne sans se trahir. Jean-Paul Azémar a posé sur la chaussée d’énormes pots de lauriers et des rocking-chairs. Le lieu est digne d’un « after de surfers ». Et pourtant, il continue à filer l’aligot Jeune Montagne. Même en plein été. Car sa recette et son savoir-faire n’ont rien d’artificiels. Le comptoir est un poste d’observation idéal de cet attachant bistrot.…

Read More

Cette brasserie rougeoyante de l’avenue Marceau ne se hausse pas du col mais mixe son public comme dans un film de Claude Sautet. Sa large terrasse et sa physionomie en proue de navire contribuent à son charme et distribue un son allègre. Son style néo-rococo en vogue au début des années 2000 avec sa verroterie impose évoque la grosse cavalerie décorative des limonadiers de l’époque. Mais ici, la patine des années finirait presque par lui donner les traits de charme d’un kitsch vintage. A la tête de l’affaire Florence, une Aveyronnaise de Decazeville et un Cantalien. Ce dernier, Jean-Philippe Bruel, …

Read More

Le Pareloup est un joli bistro coloré au pied de Beaugrenelle. Le genre où l’on fait la queue le midi. Il est tenu par un originaire de l’Aubrac, Aymeric, qui y officie avec sa sœur depuis 2002. La renommée de ce Pareloup n’est pas imméritée. C’est sans doute l’un des meilleurs bistrots de terroir du quartier. Et accessoirement un repaire de rugbymen en quête d’endroits chaleureux pour 3ème mi-temps. La cuisine à 99 % maison (à l’exception du Baba…) est on ne peut plus traditionnelle avec un fond d’inspiration rouergat. Défilent ici des assiettes chargées de tripous de Naucelle de saucisse au couteau aligot…

Read More

Face à la Tour Montparnasse, un Bouillon Chartier a remplacé l’ancien Montparnasse 1900. Il ne s’agit pas d’une création mais d’une renaissance de l’adresse, 116 ans après sa première inauguration par Edouard Chartier. Sur ses banquettes, Modigliani a dû s’y envoyer sinon des bouillons, du moins des absinthes… Durant les Années Folles, le bouillon Chartier devint le bouillon Rougeot. C’est un miracle que cette affaire soit parvenue dans un tel état de conservation. Ainsi, les nostalgiques des flamboyances de la Belle Epoque seront servis : bois tout en volutes et entrelacs, lampes tulipes, statues, céramiques et faïences, vitraux signés Louis…

Read More

Le Petit Bouillon Vavin est un nouveau venu dans la bande des bouillons parisiens, ce type de restaurant populaire et bon marché créé à la fin du XIXe siècle et dont Chartier demeure la parfaite incarnation. Sur le boulevard Montparnasse, ce Petit Bouillon Vavin a succédé à « Bleu ». Luminaires boules, banquettes rouges, cuivre … les codes visuels sont présents avec quelques singularités qui lui donnent une petite touche exotique et chaleureuse comme la terrasse couverte avec plantes vertes et suspensions en osier. Sans oublier la rangée de bacs d’herbes sauvages qui servent à aromatiser la cuisine du chef. C’est évidemment…

Read More

Alors que chacun brûle d’impatience de profiter des terrasses le 19 mai, la Mairie de Paris a lancé une concertation pour un nouveau règlement des étalages et des terrasses… Leur gratuité sera maintenue jusqu’à la fin de l’été. Les tarifs de la rentrée dépendront du futur règlement. Dans l’immédiat, ce sont surtout les nuisances et les débordements que redoute l’équipe municipale. Le sujet est sensible pour la municipalité mise sous pression depuis des semaines par les collectifs anti-bruits. Le Parisien « aime faire la fête ailleurs que chez lui et supporte mal qu’on le fasse en bas de chez lui» a…

Read More

Marc Meneau, le chef de L’Espérance à Saint-Père-sous-Vézelay (Yonne) est décédé d’un cancer le 9 décembre à 77 ans. Il avait demandé un saucisson brioché quelques heures avant sa mort, a raconté au Monde son ami le député de l’Yonne, André Villiers. Avec sa stature et sa bouille baroque et expressionniste, il avait une ressemblance avec celle de son anti-héros, le patron de Tricatel, l’empereur de la malbouffe interprété par Julien Guiomar dans l’Aile ou la Cuisse… Marc Meneau n’avait pas fait d’école hôtelière ni d’apprentissage dans les grandes maisons. Il avait repris le café maternel mais s’était mis à…

Read More

Le liquoriste Combier redonne une nouvelle jeunesse à son guignolet d’Anjou. Qu’aurait dit Madeleine Gautron, Prieure des Bénédictines de Saumur au XVIIème et inventrice de la recette face au nouvel habillage de son guignolet sacré ? Aurait-elle récité dix Pater noster ? Remercier le seigneur pour ces guignes, ces cerises de Loire toujours cultivées sur place et qui, macérées dans l’alcool, donnent ce goût inimitable et sa finesse au guignolet. Car c’est bien ce guignolet qui permit à son abbaye de s’en sortir dans ce XVIIème siècle où la disette des campagnes était l’autre face de la gloire des rois.…

Read More

L’école Ferrandi publie un livre sérieux sur le travail des légumes. Plutôt complet. Cela part des classifications en grandes familles botaniques, fabacées, (fèves, petits pois, lentilles … ), cucurbitacées (potiron …), solanacées (aubergine, pomme de terre …) aux bons ustensiles et aux façons de les travailler (taille mirepoix ou taille paysanne etc..-). Sans oublier des informations sur leur conservation. Plus de 45 techniques sont ainsi expliquées en plus de 150 gestes pas à pas. Dommage qu’au chapitre « Fondamentaux des légumes », l’ouvrage n’incite pas les futurs cuisiniers/nières à se poser la question de leur mode de production et à privilégier la…

Read More

Comme ces grands acteurs dont on se demande à leur mort pourquoi ils n’ont eu ni l’Oscar, ni le César, il en va de même de ce monument tripier, cette andouillette briviste  de 400 g que l’on peut commander au Pareloup et qui mériterait allègrement son diplôme de la 5A. A moins que vous ne soyez Depardieu ou Berurier, il ne s’agit pas d’une andouillette pour célibataire, elle se déguste à deux et repaît un couple dans un bonheur gargantuesque délicieusement anachronique. Parfaitement cuite et saisie, sa pellicule grillée craque sous la dent avant de révéler la suavité d’un chaudin…

Read More

Au confinement, ajoutez une once de couvre-feu … La Préfecture de Police a interdit la livraison et la vente à emporter à Paris à partir de vendredi 6 novembre au-delà de 22h. «Les services de police ont constaté, particulièrement en soirée et pendant la nuit, des déplacements et des regroupements de personnes (livreurs, clients…) dans et aux abords de ces établissements», relève la Préfecture de police dans un communiqué. Le terrain avait été préparé par la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui avait déjà annoncé que « certains débits de boissons », des épiceries et la restauration à emporter allaient…

Read More

La Cave de Roquebrun sait concevoir des vins conviviaux qui ressemblent au vignoble du Haut-Languedoc. Ainsi, on franchira avec allégresse ce Col de l’Orb … en mode rosé. Car il y aura de la fraîcheur, du relief et de la couleur bien soutenue. Vineux, c’est un vin tout en chair mais sans bourrelet… Son équilibre parfaitement maîtrisé pour cet assemblage 65% de syrah et 35% de grenache. Un rosé démocratique languedocien qui ramène amis et copains. http://www.cave-roquebrun.fr/

Read More