Sirha 2019 : 225 000 happy few…

0

Quel autre salon gastronomique au monde suscite une telle frénésie que le Sirha ?  Des dizaines de milliers de visiteurs – dont 30 000 chefs – qui s’y ruent comme des clubbers à Ibiza un soir de concert de David Guetta. Pour l’édition 2019 on aurait décompté 225 000 “happy few” . Soit une fréquentation en hausse de 8%.

Une fois dans ce labyrinthe de halls, une douce euphorie fait oublier l’heure et demi passée dans le taxi ou la compression des corps dans les tramways ou les bus. On se perd vite et on se repère grâce aux fanions des géants et de leur stands gigantesques. A commencer par celui de Metro qui semble chaque fois étendre son territoire.

D’où la question :  ce Sirha ne serait-il pas un catalyseur, une machine à uniformiser notre pain quotidien ? Ou encourage-t-il une diversité gastronomique et alimentaire ? « C’est un très bon salon. Au chapitre produits, il n’y a pas photo » affirme Gilles Breuil patron du restaurant Bourgogne Sud à Paris 9e. «Bien sûr, il y a les grands acteurs avec   leurs MOFS mobilisés pour des démonstrations éloquentes, mais cela manque d’humanité. Mais j’ai comme l’impression qu’il semble y avoir de plus en plus de petits fabricants qui ont chacun une histoire à raconter. C’est ce que recherchent les professionnels. »

Les Pavillons du Japon au Sirha de janvier 2019

Son de cloche identique du côté du journaliste Vincent Ferniot, animateur du Bocuse d’Or. «Bien sûr, il y a les multinationales mais question nourriture industrielle, le SIAL (Salon des Industries Alimentaires qui se tient à Paris) est loin devant… Au Sirha, c’est la diversité de la cuisine qui marque les esprits.  Car aucun autre lieu ne présente une telle variété de concours et une profusion de tant de produits…»

Une chose est sûre, à voir l’engouement des étrangers, la taille des pavillons japonais ou l’investissement des Coréens on se dit bien que les Lyonnais avec leur salon demeurent encore des cadors pour ce qui attrait à la cuisine.  A condition bien sûr de continuer à défendre la gastro-diversité…

Choses vues au Sirha

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.