Guide Michelin 2018, de nouvelles étoiles à Paris

0

Que retenir de la cérémonie hollywoodienne organisée par Michelin pour la publication du Guide 2018 le 5 février à la Seine Musicale ? L’hommage au Pape Bocuse disparu il y a quelques semaines résumant en substance « Michelin y en a qu’un » ?

Ou la proclamation de deux nouveaux « trois-macarons » ? Christophe Bacquié au Castellet (Var) et Marc Veyrat avec sa Maison des Bois de Manigod ?

Difficile de ne pas mettre en regard le retour du “chapeauté alpin” à la cuisine exubérante et hors de prix comme une soirée de ploutocrates russes dans une boîte de Courchevel à la récusation inédite du Michelin par le chef ascétique comme un paysage d’Aubrac, Sébastien Bras. Ce Calvin des fourneaux a implanté l’idée hérétique qu’une belle cuisine peut exister hors de la canonisation d’un Guide. Fut-il rouge…

 

Inaki Aizpitarte récompensé d’une étoile Michelin pour son Chateaubriand

Pour leur part, les Parisiens ont été nombreux à décrocher des premières étoiles. Celle décernée à Inaki Aizpitarte est apparue comme un hommage – trop ?- tardif au pionnier bistronome avec son Chateaubriand dans le 11e. D’autant qu’autre crime de lèse-majesté, le Chef n’est pas venu chercher son étoile. Quelques semaines après le rachat par Michelin de 40% du guide Fooding faut-il y voir la condamnation d’un verrouillage du discours sur la cuisine … de la part d’un Bibendum devenu un ogre capitaliste.

Si Inaki a posé un lapin au Bibendum, Edouard Philippe en revanche était bien là, lui. Depuis trois ans, depuis que Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, a accueilli Michelin au Quai d’Orsay, l’Etat déploie toutes ses faveurs au Guide … Hélas, arrivé pendant les agapes suivant la proclamation des étoiles, Edouard Philippe a eu du mal à se faire entendre de la gent gastronomique.. Il a presque menacé de se taire… Rien n’y a fait. Les mandibules travaillent plus que les esgourdes.

Edouard Philippe a notamment remercié Alain Ducasse d’avoir cédé à l’Etat le concept “Good France”. C’est le pivot du nouveau dispositif des fêtes gastronomiques qui devrait regrouper tous les événements dans une « fourchette printanière » en 2019. Et l’Etat devrait investir 1,5 million d’euros dans sa promotion. La Fête de la Gastronomie rebaptisée “Good France- Goût de France” aura donc lieu au printemps en 2019. Et le 21 mars prochain, aura lieu la 4ème édition du dîner à la française prévue dans toutes les ambassades. Comme nombre de ses pairs, Edouard Philippe ne semble pas résister à un éblouissement gastronomique Louis Quatorzien. Et Alain Ducasse, plus que successeur de Bocuse, ferait alors figure de nouveau Vatel qui n’aurait pas raté la marée et se serait associé avec Colbert… Quant au peuple de France on rappellera qu’ils préférait à Louis XIV et ses banquets de Cour, la Poule au Pot popularisée par le grand-père du Roi Soleil, Henri IV.

Les nouveaux restaurants étoilés de Paris

Pertinence (7e)
Montée (14e)
Alan Geaam (16e)
Copenhague, (8e)
Mavrommatis (5e)
L’Écrin (8e)
Le Chateaubriand ( 11e)
Table (12e)
Etude (16e)
L’Arcane (18e)
Comice (16e)
Ken Kawasaki (18e)
Emporio Armani café (6e)
Quinsou (6e)
Loiseau Rive Gauche (7e)

Les Fables de la Fontaine (7e), Sola (5e) et le Relais d’Auteuil (16e) perdent leur étoile.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.