Michelin retire sa 3ème étoile au restaurant de Paul Bocuse

0

La machine à buzz du distributeur de macarons tourne à plein régime depuis le 16 janvier. Le restaurant de Paul Bocuse situé à Collonges-au-Mont-d’Or va perdre sa 3ème étoile décrochée … en 1965. La démolition d’un pilier du temple gastronomique lyonnais permettra-t-elle de maintenir l’intérêt et le suspense jusqu’à la sortie officielle du Guide Rouge ?

Et tant pis s’il faut renier les lignes  consacrées au restaurant de Paul Bocuse dans l’édition 2018 du Guide Rouge qui en parlait comme d’un « véritable monument » ou « chaque assiette incarne l’une des plus belles pages de la gastronomie française ». 

Hommage de tous les grands chefs français à Paul Bocuse – Mairie de Lyon 28 janvier 2013

A ce stade, le bien-fondé de la décision importe peu. Dans le cynisme de la “com” mondialisée avec ses réseaux sociaux, le message envoyé par Michelin vise bien au-delà des frontières de l’Hexagone. La cible n’est plus la bourgeoisie française, lectorat traditionnel d’un guide rouge – il se vendait à 200 000 exemplaires il y a 30 ans, contre 30 000 aujourd’hui. La cible, c’est l’audience de TripAdvisor et de sa filiale La Fourchette avec le but de décrocher des réservations et donc les commissions auprès des dizaines de milliers de restaurants. Michelin a signé un accord avec le géant mondial en décembre pour que ses recommandations apparaissent dans TripAdvisor.

L’autre cible du tintamarre médiatique, ce sont les offices du tourisme de tous les coins du monde qui n’hésitent pas à sortir leur carnet de chèque pour avoir leur propre Guide Rouge. A l’exemple de la Californie qui a mis récemment sur la table 600 000 $ pour une édition californienne. « Cela n’a aucune incidence sur le contenu du Guide », assurait au Monde Gwendal Poullennec, directeur du Guide Michelin. Soit Cyrano… Mais quelque chose chiffonne comme le nombre d’inspecteurs  – quelques dizaines-  par rapport aux dizaines de milliers de restaurants traités … Même avec des tripes gargantuesques et des molaires de molosses, relever le défi de  ces millions d’assiettes et de spécialités à déguster interroge. L’avenir serait-il à l’inspecteur virtuel du Guide rouge carburant à l’intelligence artificielle ? Comme il n’y aura plus ni temple ni sanctuaire de gourmets à mettre à bas, le risque de bug sera éliminé. 

Share.

Comments are closed.