Michelin 2020 : amour et durabilité ?

0

Après la baffe, les papouilles ! Après le coup de pied de l’âne aux Bocusiens il y a 15 jours, c’est à une réunion de la famille de la grande cuisine apaisée et démonstrative à laquelle on a pu assister au Pavillon Gabriel le 27 janvier. Preuve que l’amour est au menu de Michelin, ce logo retouché où l’une des branches de l’étoile intègre un cœur.

Evidemment, dans cette célébration, le plat de résistance a été la révélation des trois nouveaux 3 étoiles. D’abord avec deux établissements qui ne sont pas nés de la veille, à savoir l’Ousteau de Baumanière des Baux de Provence avec Glenn Viel et le restaurant familial de la Rochelle de Christopher Coutanceau. A Paris, le sacre du Kei , rue du Coq Héron, de Kei Kobayashi, premier nippon à décrocher 3 macarons en France. Ceux qui le pratiquent au quotidien évoquent « Vegeta »,  l’un des personnages les plus populaires du manga Dragon Ball, parti du côté obscur, se considérant l’un des guerriers les plus puissants, capable de fureur et de vanité mais finalement attachant.  

Les quatre nouveaux 2 étoiles parisiens (L’Abysse au Pavillon Ledoyen, L’Atelier de Joël Robuchon, La Scène de Stéphanie Le Quellec et Le Taillevent) sont tous situés dans le 8ème … Parmi les tables parisiennes distinguées d’une étoile, on relève quelques perles comme ce Faham de Kelly Rangama qui permet aux métropolitains d’avoir un avant-goût sublimé du terroir réunionnais. Ou encore ce Fleur de Pavé de Sylvain Sendra, en lieu et place de Mémère Paulette. 

Micro en main, Kelly Rangama


Pour le reste, à côté des 628 étoilés, il y a aussi les Bibs et les bonnes assiettes … Sur ce point, petit regret pour Paris avec ce côté “déjà vu”, cette litanie d’adresses bien « réseautées » que l’on retrouve ici et là dans les magazines. Est-ce une carence d’aventures piétonnières chez les inspecteurs qui passent à côté de bistrots intemporels et magnifiques ? Ou le souci d’économie de papiers tant le Guide rouge a maigri … En deux ans, il a perdu plus de 550 pages. Son prix, quant à lui, est demeuré identique (24,90€) à  l’image d’un restaurateur malin qui garderait le prix du menu en enlevant l’entrée ou le dessert …

Vers une gastronomie durable comme le caoutchouc…

Cette année, Michelin lance un nouvel emblème, une espèce de marguerite verte stylisée, destinée à mettre en avant 50 chefs engagés dans la Gastronomie Durable. Plutôt des cadors, déjà connus pour leur travail avec des producteurs sincères et exigeants.

Petite contradiction avec le sigle BMW dont le logo était brodé sur les tabliers des chefs étoilés ? On a vu pire…  Il s’agit de coller avec la stratégie de la maison mère Michelin. Aujourd’hui, chez le géant du pneu talonné par des producteurs chinois agressifs, on parie sur le développement d’une filière de caoutchouc durable. Et la cérémonie n’a pas fait dans la langue de bois. L’invité d’honneur, Edouard Bergeon, réalisateur du film Au nom de la Terre a eu l’occasion de tomber sur les références citées par le ministre de l’Agriculture mettant en valeur McDo et Lidl dans la filière viande. De quoi alimenter les débats à quelques semaines du Salon de l’Agriculture….

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.