Paris redaction

Avec la crise, l’œuf a le vent en poupe. Malgré une hausse moyenne de 5% en 2012, c’est encore l’une des protéines les moins chères. Les restaurateurs l’ont bien compris dans leurs calculs du coût produit. Ils multiplient les recettes d’oeufs -meurettes, mayo, sans oublier l’œuf parfait sur les cartes des gastros. Et le Comité National pour la Promotion de l’Œuf joue sur la même corde en sensibilisant les jeunes talents de la cuisine avec un concours national dont la finale parisienne s’est tenue à l’école Ferrandi où un jury a départagé les six candidats finalistes qui ont eu à…

Read More

C’est dans les limites naturelles de la « Provence calcaire » que se niche l’AOC des Coteaux Varois en Provence, de Brignoles (au centre du Var) à Saint-Maximin (à l’ouest). Ce paysage est dominé par le massif de la Sainte-Baume qui culmine à 1 148 mètres. Les parcelles de vignes, plantées entre 350 et 500 mètres d’altitude, sont protégées de l’influence maritime par les massifs rocheux. Cette particularité leur permet de se développer dans un climat de type continental, avec des demi-saisons douces, des étés très chauds et des hivers plus rudes que dans le reste de la région. Les Coteaux Varois ont…

Read More

Le 3 avril dernier, bonne humeur et convivialité étaient de rigueur à « l’Opportun » pour fêter la langoustine nouvelle. Comme ils fêtent le Beaujolais Nouveau, amis et habitués de ce bouchon lyonnais ont répondu à l’invitation de Serge Alzérat. Initié l’année dernière, l’événement pas du tout « poisson d’avril » lance la haute saison de la langoustine, du 1er avril au 18 août. Printemps oblige, la période de reproduction débute et les crustacés sortent de leur tanière. Moins rares, ils deviennent plus abordables, jusqu’à 8 euros le kilo sachant que le prix moyen à l’année est de 10,70 euros. En savoir…

Read More

Petit château d’eau cool… Voilà un bistro de quartier où l’on peut emmener sa douce ou son pote, sans craindre de croquer de la tarte à la grimace ou de tomber dans la vacuité visuelle des néo bistros sans âmes. Ici le regard s’accroche aux détails. Le jeune patron s’appelle Jean-Robert, JR pour les habitués. C’est le troisième propriétaire de ce jeune troquet né avant la Guerre de 14, et qui baigne -grâce à dieu, encore- dans son jus de Belle Epoque revue durant les années trente . La moleskine des banquettes s’ élime et garde la trace des postérieurs.…

Read More

Etablissement fermé Ce bistrot, à deux pas de l’Elysée, baigne tellement dans son jus années 50 qu’on ne serait même pas surpris de voir débouler René Coty pour commander un calva. Quel bonheur de voir écrit en gros sur le tableau derrière le comptoir, « Coca 15€ », « coca light 18 € »… Tandis que sur les ardoises s’aligne une litanie de crus du beaujolais à 2,50€ le ballon. Pince-mi et pince-moi…sont dans un bistrot. Si Sarko venait à pousser la porte, Stéphane Derre, le patron aurait de quoi le convaincre de se mettre au vin rien qu’en lui servant son bourgogne aligoté…

Read More

Courteline (1858/1929), de son vrai nom Georges Moineaux, fait des cafés son poste d’observation et son cabinet de travail. Ils seront source d’inspiration pour ces comédies courtes (pas plus de deux actes) qui décrivent avec une grande justesse d’observation la vie quotidienne de la petite bourgeoisie à laquelle il appartient. Se plaisant à tourner en ridicule les relations conjugales et extra-conjugales. C’est notamment à l ’Auberge du Clou, à l’angle de l’avenue Trudaine et de la rue des Martyrs, où d’ailleurs il sirote quotidiennement son anisette, qu’il croque sur le vif ses personnages et y trouve des anecdotes. « Boubouroche » écrit…

Read More

Situés à 20km de Marseille, les cépages de l’AOC Cassis sont, en majorité, cultivés en terrasse entre 10 et 150 mètres d’altitude et se trouvent à l’abri des caprices du Mistral grâce aux hauteurs environnantes. Cassis a été la première commune en France à bénéficier de ce classement (décret du 5 mai 1936), signe de la reconnaissance et de la valorisation de la haute qualité de ses vins. Les blancs, marque de fabrique de l’appellation, sont ronds et gras. Ils présentent des arômes complexes et des notes florales. Ils sont particulièrement aptes à la garde. Les rosés sont clairs, fins et…

Read More

C’est un arrêté ministériel du 24 février 1979 qui règlemente ramassage et la vente des escargots sur l’ensemble du territoire national Ne touchez pas à l’escargot de Bourgogne (Hélix pomatia) au printemps ! Le ramassage et la vente de l’escargot de Bourgogne (Helix pomatia) sont autorisés du 1er juillet au 31 mars à condition que sa coquille ait un diamètre égal ou supérieur à 3 cm. Pendant la période de reproduction (1er avril – 30 juin ), il est interdit de ramasser ou vendre ce colimaçon. Mais toute l’année, on peut ramasser du petit-gris. Le ramassage et la vente de…

Read More

Sacré Muscadet ! Il a beau se décliner en quatre appellations, pour le grand public, il demeure un symbole du petit blanc populaire, celui que l’on boit « sous les guinguettes quand les filles sont belles ».C’est aussi du fait de sa vivacité, le meilleur ami des huîtres et des moules quand il a été élevé sur lies. Sa personnalité tient beaucoup à ce cépage unique qu’est le melon de Bourgogne. Mais comme d’autres vins populaires tels que le Beaujolais, le Muscadet a connu des sommets et… malheureusement des abysses. Après des pics dans les années 1990, où la production atteint le…

Read More

Situé autour du village du même nom, au Sud-Ouest de l’entre-deux-mers sur la rive droite de la Garonne, le vignoble de Loupiac compte environ 400 ha et ne produit que des vins blancs liquoreux sur des coteaux argilo-calcaires. En principe, les vins sont issus de raisins en pourriture noble, vendangés par tries successives comme à Sauternes. Dans la pratique, certains producteurs se contentent de vins en surmaturité dont la concentration est parfois obtenue par des procédés physiques –cryovinification ou osmose inverse- pour une plus grande concentration de sucre dans les baies. Le château Dauphine-Rondillon, le domaine du Noble, le château Mazarin…

Read More

« Sweet bordeaux »  un autre nom pour les vins d’or bordelais Les Vins d’or bordelais se sont rebaptisés les « Sweet Bordeaux », un angle marketing pour leur redonner de la modernité et tenter de mettre fin à un lent déclin qui frappent les vins liquoreux accusés d’être trop sucrés. Notamment en jouant sur des accords entre des cuisines asiatiques et ces vins doux capables d’éteindre le feu de certains piments… Ces 10 AOC – elles étaient 11 au départ avec Saint-Foy Bordeaux-  s’étendent sur 4000 hectares -soit entre 2 et 3 % de la superficie du vignoble bordelais- au sud de Bordeaux, sur…

Read More

Héritier d’une exploitation vieille de près de 500 ans, François Dumon a repris il y a 35 ans le flambeau du Clos d’Albizzi produisant une partie de l’AOC Cassis. Avec 13 ha de vignes quasiment d’un seul tenant, la cave est fidèle à son appellation avec environ les 2/3 de sa production consacrés aux vins blancs. Le reste concerne surtout les vins rosés. « Nous faisons du rouge pour nous amuser » plaisante le producteur. Les rouges de ses parcelles sont pourtant d’une grande qualité et se subliment en vieillissant. « J’ai ouvert une bouteille faite par mon père il y a près de…

Read More