Pierre Carbonnier

Ce champagne de méditation peut se suffire à lui-même. Il possède, en effet, l’immense faculté d’ouvrir les voies gustatives à des cépages qui faillirent sombrer dans l’oubli : le pinot blanc d’abord et, surtout, l’arbane et le petit meslier. De cet assemblage, unique, est né une sorte de nectar mystérieux qui renvoie, sans doute inconsciemment, à ce que pouvaient ressentir les dégustateurs à l’aube du XXème siècle. Vesture d’or pâle, d’une luminescence quasi diaphane. Nez subtil, dévoilant avec une préciosité calculée, une complexité « hors de l’ordre commun », et débouchant , à l’agitation, sur des fragrances entre richesse et densité : fleurs d’agrumes,…

Read More

Pour la galanterie, il est des jeux auxquels Bacchus apporte volontiers son concours. Concours mesuré avec soin, adjuvant précieux pour assurer les conquêtes amoureuses. Pas de Saint-Valentin sans flacon(s) déclencheur(s) de rêves prometteurs, n’en déplaise aux prohibitionnistes de tous poils. Tous les vieux kroumirs de la barricaille adorent peaufiner quelques boutanches plus ou moins secrètes que les petits malins se plaisent à révéler, souvent dans l’intention de séduire. Point n’est besoin, à moins d’être un de ces gommeux m’as-tu vu qui se la pètent, d’exhiber alors une bouteille de très haute lignée qui assèche le gousset. « Y’ a des jours…

Read More

Toujours présent pour animer la moindre des festivités, le champagne s’invite en force au moment des fêtes, générant, parfois, quelque diabolique partie de saute-bouchon… Allons-nous déclarer, en bons complices des moralistes de tous poils, que ces joyeusetés un tantinet « off limits », sont « la faute à Voltaire » ? Laissons plutôt ces fades considérations aux pisse-vinaigre patentés et sabrons, avec raison,quelques unes de ces inimitables « écumes pétillantes», miracles de la craie. Ne demeurent-elles pas, toujours selon le patriarche de Ferney, « de nos Français l’image vivante » ? Oui ? Alors Tchin ! Champagne « millésimé » ou champagne « sans année » ? Rappelons que les champagnes « millésimés » ne sont pas ainsi…

Read More

L’aube n’en finit pas de se lever du bon pied sur la Côte des Bar. Et c’est tant mieux pour ceux qui s’appliquent à cornaquer leurs sens vers de joyeuses effervescences vigneronnes. C’est sous le Second Empire, exactement en 1862, que le désir de coincer les bulles s’est impatronisé au domaine familial Beerens. Depuis cette époque de maigres profits où l’essentiel de l’activité des vignerons aubois consistait à vendre leur vendange aux maisons huppées de la Marne, de rudes événements ont accablé la région : trois démentielles guerres invasives -1870-71, 1914-1918, 39-45 – et de terribles révoltes incrustées dans les mémoires,…

Read More

La famille Durup est établie depuis 1560. Jean Durup a repris l’exploitation en 1968. Sous sa conduite énergique, le domaine est passé de 2 ha à 198 ha aujourd’hui, sur différents terroirs de Chablis. C’est le domaine indépendant le plus vaste de Bourgogne… Mais ce n’est pas son étendue qui a guidé notre choix vers le Chablis Vieilles Vignes 2017. Et ce même, si le Chablis premier cru Fourchaume 2017 est la cuvée fer de lance de la famille Durup, le Vieilles Vignes 2018 (14,60€) offre un sérieux potentiel de séduction. Jean-Paul, le fils de Jean qui gère le domaine…

Read More

« Qui pourrait mettre en oubli Le limpide et sec Chablis, Qui joint à tant d’autres titres L’art de faire aimer les huîtres. Chantons le verre à la main Et nous danserons demain! » Ces vers , un tantinet mirlitonesques, ne sont pas dus à l’inspiration d’un banal Victor Hugo de la barricaille. Ils sont l’oeuvre d’un célèbre bambocheur qui, vers 1750 , fréquentait une société bachique et chantante nommée Le Caveau, dont il était l’un des piliers. Son nom: Pierre-Antoine-Augustin de Piis. Quand il ne composait pas des vers qui témoignaient de son goût immodéré pour le vin, ce chansonnier se…

Read More

Ô Corse! Ô île d’amour !… Elle n’a pas vieilli d’un grain, la chanson des années 30 que roucoulait Tino Rossi. La Corse, oui ! on peut l’adorer, sans jamais s’en lasser, elle et ses « frais rivages », et son « maquis sauvage »… Et pour peu que la vigne y trouve terre à son cep, elle dispensera, avec l’unique souci de plaire, de ces nectars qui marquent à jamais votre pensée bachique. Et peu lui chaut, à la Corse, que ses vins soient estampillés I.G.P. ou A.O.P. Seuls comptent les délices que dispensent arômes et saveurs. Constat sans appel: nombre de vignerons attentifs…

Read More

Ne vous demandez plus pourquoi vous aimez la Provence et ses vins si vous avez fait halte bachique à Taradeau, en ces lieux où les Romains, au II° siècle, puis les moines de Lérins, jusqu’à la veille de la Révolution, défrichèrent ces terres ingrates pour y planter la vigne. Aux commandes, depuis 1993, d’un vaste espace rural, transmis de mère en fille, Adeline de Barry s’emploie à faire de Saint-Martin une incontournable référence de la Provence viticole. En rosés Grande réserve 2018 Pas de jaloux dans l’assemblage. Carignan, cinsault, tibouren, syrah et grenache s’épaulent et se complètent à parité. Voilà…

Read More

Charles Jumert -Coteaux-du-Vendômois- Vieilles vignes 2017 Vêtu de brillant vermeil, ce vin issu du seul pineau d’Aunis, offre un bouquet aux jolies notes florales (sureau, pivoine) que viennent agrémenter, à l’agitation de pimpants arômes de fruits rouges. La bouche , nantie d’une attaque fraîche, se montre éloquente, laissant à d’harmonieuses saveurs fruitées(griottes) le soin de tchatcher avec le palais. Une coquine présence épicée vient stimuler la finale. Pour une bavette grillée. Prix départ cave TTC: 6,20 € Cave de la Bertholière, 41100 Villiers sur Loire, tél.02 54 72 94 09 Domaine du Four à Chaux-Coteaux du Vendômois- Cuvée…

Read More

Pourquoi le vin n’est-il pas un produit alimentaire comme un autre ? Même si nous tournons sept fois notre lampée de rouge (ou de blanc) entre gencives et palais, nous sommes dans l’incapacité de donner la réponse. Bonne, approximative, scientifique ? S’impose donc la nécessité d’avoir recours à des fleurs de rhétorique. Elles n’expliquent rien et se contentent de nous envoyer au triple galop sensitif sur les chemins de l’analogie. Chemins peuplés de démons aux formes de montages sémantiques bouquetés d’images en charge de communication. Un peu à la façon des clignotements d’un sémaphore. « Ah! Qu’il est bon ce vin…

Read More

Connaissez-vous le Chiroula ? Non ? C’est le nom d’un vent qui balaie de son souffle-médecin les plus hautes vignes de la Ténarèze, en particulier celles complantées sur les hauteurs de Larroque-sur-L’Osse- La Rocca d’Ossa en gascon- et précisément celles du Domaine…Chiroulet, ça ne s’invente pas. Au coeur de La Ténarèze, patronyme de l’ancienne voie historique de(ou des) César(s) qui reliait Bordeaux aux Pyrénées centrales, l’Armagnac embaume de ses effluves les marchés villageois. Les respire-t-on sur les collines de Larroque-de-L’Osse, au domaine Chiroulet, exposé à de violents souffles …« chiroulesques » ? Souffles chauds, desséchants, qui assainissent les vignes et dont l’action permet d’éviter l’emploi…

Read More

La Provence aurait-elle le monopole du rosé? – Que nenni ! répond Maître Bacchus, lequel, n’en ayant cure, inspire, çà et là, viticultrices et viticulteurs. A commencer par ces terres vigneronnes aux portes du massif de La Clape où, face à la Grande Bleue, les vignes du Bouïs délivrent des rosés, à la fois câlins et espiègles, accompagnateurs zélés de joyeuses tablées Ici, le vin est roi. Dur est le sol mais fort le coeur du vigneron qui , sur ces terres de soleil et d’embruns, fait jaillir des nectars révélant les multiples complicités de l’homme et de la nature.…

Read More