Pierre Carbonnier

Frêles immortelles, certaines chansons semblent défier le temps. «Je pense à vous quand je m’éveille/ Et de loin je vous suis des yeux » barytonnaient nos grands-pères lesquels, empruntant la romance de Maître Pathelin, pensaient ainsi séduire la dame de leurs pensées. Plus expéditifs aujourd’hui, les chevaliers servants de la Saint-Valentin préfèrent confier aux pétillances champenoises le soin de faire monter le rose aux joues de la belle à conquérir. Le romantisme y perd un peu mais l’efficacité y gagne. Arrentières est un minuscule village de la Côte des Bar dont le château du XIIe siècle s’inscrit en partie à…

Read More

Vigne des Allobroges si l’on en croit Columelle et Pline, la mondeuse, parfois confondue avec la syrah ou l’italien nebbiolo, est un cépage très présent en Savoie. Il gagne à être connu. Cultivé à petits rendements, il dispense des vins colorés, pulpeux et de conservation facile. Parmi ses nombreuses synonymies, l’une d’elles évoque irrésistiblement le frou-frou des dames galantes. C’est Le Cotillon des Dames. Ce patronyme aurait-il inspiré Philippe et Sylvain Ravier, vignerons enthousiastes, qui baptisèrent « Belle Violette » cette flatteuse Chignin Mondeuse 2018 ?Suivant l’inclinaison du verre, ce vin, drapé de grenat, s’orne de délicates nuances indigo. Chatoyant préambule à un…

Read More

L’appellation Chinon n’étant pas encore pourvue du label « crémant», la maison Couly-Dutheil se contente de proposer des « mousseux de qualité ». Bulles affriolantes élaborées selon la « méthode traditionnelle ». A la champenoise, en langage clair. Voilà un effervescent qui tire au mieux la quintessence du cabernet-franc, cépage ici nommé Breton comme l’a dénommé le truculent François Rabelais. Vêtu d’une parure rose pâle, cet allègre moustillant affirme avec culot ses prétentions. Un fin cordon de bulles signe l’appel aux plaisirs. L’olfaction vous transporte avec délicatesse dans le royaume de senteurs de cerises à clafoutis auxquelles s’ajoute, discret, l’exotisme des fruits de la passion. En…

Read More

C’est un malbec aux yeux de biche.Cervidé au port gracieux, la biche a souvent inspiré poètes et artistes. Nul ne demeure indifférent à son port altier ou à son « brame au clair de lune » et ses « pleurs à se fondre les yeux » lorsque « son petit faon délicieux a disparu dans la nuit brune ». Elle séduit, la biche. Au point d’avoir pris place dans les registres de l’amour. « Biche ô ma biche lorsque tu soulignes, au crayon noir tes jolis yeux…. » Jean-Luc Baldès , connu comme le loup blanc en pays quercynois – et même au-delà – a baptisé La part des…

Read More

A peine les flonflons des fêtes de fin d’année se sont-ils estompés qu’il convient de se préoccuper des suites à donner, histoire de perfectionner l’entraînement des papilles. Etapes obligées : les galettes des rois…accompagnées de courtois flacons. Ils sont là, imperturbables, souriants et débonnaires. Et même si l’on ne donne pas dans la bondieuserie ordinaire, on les aime ces légendaires Melchior, Gaspard et Balthazar qui, la tête en l’air et l’oeil fixé sur la Bonne Etoile, crapahutaient à la recherche d’un roi de l’amour et non du pouvoir. L’on oublie trop souvent de mentionner que ces « Justes », venus d’Arabie, pas plus…

Read More

Comme on connaît ses saints, on les honore… Tant il est vrai que la « Coronavirus-connerie » ambiante aura eu de pieux effets. Ceux qui nous ont conduit à refréquenter les saint bachiques, très présents dans le vignoble hexagonal. Saint-Estèphe est de ceux-là. Ce sont les Héritiers Castéja, noble maison bien connue dans le Bordelais, qui veillent aux destinées du Château Beau Site à Saint –Estèphe. Saint-Estèphe, vignoble le plus septentrional des appellations communales du Médoc, qui a l’insigne honneur de posséder sur ses croupes graveleuses des « crus classés » sanctifiés par le classement de 1855. Mais également des Crus Bourgeois qui ne…

Read More

Interview Michel Drappier Fruit d’un patient travail, votre vaste vignoble dont la moitié, depuis, 2020, est en culture biologique, s’est hissé au firmament étoilé des grandes maisons champenoises. Certains communicants en font état et n’hésitent pas à vous présenter, au vu de toutes vos installations utilisant l’énergie solaire, comme un pionnier du bio champenois. N’exagérons rien ! Exagérer n’est pas mentir, non ? Certes, mais je tiens à préciser deux choses: primo, il existe d’autre «pionniers» du bio en Champagne, vous les connaissez… Et, secundo, mon souci numéro un, avant même que ma détermination en faveur du bio ne prenne corps, a…

Read More

Tout amoureux des champagnes millésimés sait bien que les moustillances qui les animent n’ont pas grand chose à voir avec les champagnes dits « sans année ». Ces derniers peuvent bénéficier d’un appoint de vins de réserve, renforts destinés, par leur présence, à confirmer un style maison. Aucun millésime ne ressemblant à un autre, la décision d’élaborer un champagne millésimé sera prise, la plupart du temps, lorsque la récolte aura fait preuve d’indiscutables vertus qualitatives. Au final, pas de champagne millésimé à tout prix. Sécurité fait loi. Défi à la canicule Les véritables amoureux de la dive bouteille n’ont pas la mémoire…

Read More

Ne vous méprenez pas, amoureux de la Dive Bouteille ! Les organisateurs de la célèbre fantasia tennistique n’ont pas transféré les ébats des as de la raquette dans le cadre enchanteur du château de Monbazillac. Il s’agit, tout simplement, de la compétition annuelle qui sacre le meilleur monbazillac du jour à l’issue d’un tournoi original où flottent les envoûtants parfums de sémillon et muscadelle. Retour sur griseries aromatiques… La 25ème édition du Concours des Crus de Monbazillac s’est tenue dans le château de Montbazillac Au pays de Cyrano, on aime ferrailler. C’est bien connu. Avec panache, c’est encore mieux ! Pour autant,…

Read More

C’est un fichu gaillard le cabernet-franc. Natif d’Euskadi, côté Espagne, il s’est identifié en Pays Basque français sous le patronyme Acheria, puis dans les sables landais sous la forme Sable rouge, avant de rejoindre, à partir du Boucau, l’estuaire de la Loire où il prit le nom de Breton. Il voyagera ainsi, d’aventure en aventure, de petit port en petit port ou grand port -Bordeaux puis La Rochelle, puis Saint-Nazaire, et puis! et puis! et puis!… jusqu’à de multiples haltes ligériennes où, selon Rabelais, il va s’épanouir en « bon vin breton lequel ne croist point en Bretagne mais en ce…

Read More

Le Bordeaux-bashing, ça commence à bien faire ! Sous prétexte que certaines appellations huppées pratiquent des tarifs décourageants, il s’est créé une espèce d’ostracisme à l’égard du Bordelais viticole tout entier dont les producteurs de jolis bordeaux génériques et supérieurs sont parfois les premiers à en faire les frais. Alors que, plus souvent qu’on ne le pense, ces mêmes vignerons s’évertuent à proposer des vins de belle expression. A des tarifs attrayants, mais oui !… Josiane et Jacques Cambecedes du Château Le Clairiot Josiane et Jacques Cambecedes travaillent avec passion une trentaine d’hectares de vignes enracinées sur l’argilo-calcaire au château Le Clairiot…

Read More

Quand on est Parisien, on ne retourne pas en Vendômois, « plein d’un remords et d’un souci », à la manière d’un Ronsard. Pas besoin d’être « Prince des poètes », pas plus que « Poète des princes » d’ailleurs. On saute dans le premier T.G.V. pour se retrouver, une heure plus tard, flirtant avec le cours du Loir, au coeur d’adorables espaces viticoles truffés de repaires troglodytiques taillés dans le tuffeau où se bichonne un joyau de cépage qui aurait pu agoniser dans les ténèbres de l’oubli : le Pineau d’Aunis. Patrice Colin Cépage que Ronsard- encore lui !- dénommait « lambrunche sauvage » et qu’embellissait, en guise…

Read More