Château Le Clairiot 2015 – Bordeaux supérieur

0


Le Bordeaux-bashing, ça commence à bien faire ! Sous prétexte que certaines appellations huppées pratiquent des tarifs décourageants, il s’est créé une espèce d’ostracisme à l’égard du Bordelais viticole tout entier dont les producteurs de jolis bordeaux génériques et supérieurs sont parfois les premiers à en faire les frais. Alors que, plus souvent qu’on ne le pense, ces mêmes vignerons s’évertuent à proposer des vins de belle expression. A des tarifs attrayants, mais oui !…

Josiane et Jacques Cambecedes du Château Le Clairiot


Josiane et Jacques Cambecedes travaillent avec passion une trentaine d’hectares de vignes enracinées sur l’argilo-calcaire au château Le Clairiot dont ils sont propriétaires. Et s’ils se plaisent autant à Margueron, petit village sis en Gironde, aux confins des départements du Lot-et-Garonne et de la Dordogne, c’est probablement- admettons-en l’hypothèse ! – parce que, dans ce cadre apaisant, leurs réflexions et conduites vigneronnes les conduisent à proposer de petits nectars bachiques capable de stimuler les joies d’un bien vivre typiquement aquitain. Les amateurs d’oenotourisme, auront, eux, tout loisir de s’attarder en la petite église Saint-Martin datée du XVIème siècle, et classée monument historique, histoire de vérifier si les impénétrables « voix du Seigneur » leur dicteront une conduite conforme aux oukases promulgués par les ayatollahs de la consommation.


Château Le Clairiot-Bordeaux 2015-

A aucun moment nous n’avons regretté l’attente (deux années) de ce 2015 que nous avions jugé prometteur, lors de dégustations initiales. Voilà un adorable « vin de terroir », combattant valeureux des morosités engendrées par le Covid, et qui ravira ceux des gourmets amateurs de repues franches. Vinifié dans la tradition bordelaise (extractions douces et longues macérations engendrent des jus au moelleux délicat), l’assemblage des merlots et cabernets confirme tout le savoir-faire de ses concepteurs. Une robe rubis traversée de nuances indigo, précède une large olfaction centrée sur les notes de cassis chaudement surmûri. Eclatante de vivacité lors de l’attaque, la bouche étale ensuite de longues saveurs fruitées stimulées lors de la finale, par un rappel rafraîchissant du terroir calcaire. Vous le goûterez à 14/16° sur un rôti de boeuf accompagné de sémillantes girolles et suivi, soyons fous ! d’une flognarde aux pruneaux.

Prix 5,50 € – Cave Coopérative Univitis 33 220-Les Lèves- 05 57 56 02 02- www.univitis.fr

Share.

Comments are closed.