Izarra, la formule du renouveau ?

0

L’Izarra, une liqueur de vénérable basque ? Pas question de tomber dans ce cliché. Le groupe Védrenne a beau surfer sur la vague des spiritueux identitaires et de terroir (gentiane Salers, Noyau de Poissy etc…), avec l’Izarra, il a choisi la modernité en concoctant une formule un peu modifiée à partir de la recette de l’élixir produit par un apothicaire d’Hendaye en 1906.

A gauche, la “vieille” recette plus foncée.

De fait, l’Izarra connaît un renouveau avec une croissance de près de 10% par an depuis deux ans. A l’œil, la nouvelle formule dans sa couleur verte semble plus claire. En bouche, elle est plus souple et davantage marquée par des notes mentholées. En revanche, on notera une perte de complexité par rapport à la recette initiale.
Allégée en sucre, la formule vise les amateurs de cocktail plutôt que ceux du digestif au coin du feu. Elle a été promue comme carburant principal du « mojito basque » où l’Izarra remplace le rhum.

L’objectif des 50 000 bouteilles vendues en 2020 semble à portée de main. Même si évidemment, on est encore très loin des 1,2 millions de bouteilles vendues dans les années soixante quand Izarra, étendard de la basquitude spiritueuse, avait ouvert des sites de production en Espagne et en Amérique Latine (Mexique, Argentine, Colombie, Venezuela).


Pour revenir à nos jours, après avoir fait un carton dans les bars de la côte basque, les équipes du marketing s’apprêtent à attaquer Paris. Une cinquantaine d’établissements de la capitale tenus par des originaires du pays basque sont visés.
De son côté, Jean-Pierre Cointreau, PDG du groupe Renaud Cointreau – maison mère de Védrenne- s’est engagé à relancer sa production sur place en pays basque, façon aussi d’en faire un site de « spiritourisme», alliant visite du lieu et vente sur place. Alors à quand le petit coup d’Izzara après la dégustation du jambon kintoa ?

Quelles plantes ? L’Izarra – étoile en basque- est jaune ou verte. Cette dernière souvent la plus appréciée doit sa couleur à la menthe poivrée.
Le distillat est composé de plantes et d’épices : cardamome, cannelle, coriandre, fenouil, de noix de muscade, mélisse, anis, carvi, sureau, semences et racines d’angélique et d’une double macération de pruneaux et de brou de noix. Le tout est associé, après passage en alambic à de l’Armagnac.

Le “Mojito basque”

5cl d’Izarra Vert – 1⁄2 citron vert- 2 c. à café de sucre de canne – 6 feuilles de menthe- Eau gazeuse- Glace pilée
Mettre la menthe dans le verre sans l’écraser. Ajouter le citron vert en quartier avec le sucre, compléter avec la glace pilée. Verser l’Izarra et puis l’eau gazeuse. Mélanger.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.