Les vins Vitis Vienna, futur cru des Côtes-du-Rhône septentrionales ?

0

La zone des côtes-du-rhône pourrait d’ici quelques années s’étendre au nord de Vienne sur la rive gauche et mettre un pied en Isère.

Depuis la fin des années 1990, une quinzaine de vignerons – la plupart venues de la rive droite – ont pressenti le potentiel du vignoble s’étendant sur les communes de Seyssuel, de Vienne et de Chasse-sur-Rhône et cumulant des caractéristiques encourageantes : coteaux pentus exposés sud/sud-ouest, sol dominé par les schistes, végétation particulière et un encaissement à cet endroit de la vallée du Rhône favorisant une meilleure aération des vignes. Ils y ont planté des parcelles et les premières cuvées ont été la hauteur de leurs espoirs. 

Ainsi tentent-ils depuis quelques années de faire reconnaitre ce vignoble. Ils ont des arguments. Celui d’une antériorité nationale. Ce vignoble puise ses origines dans l’Antiquité. Avant même la conquête romaine ce sont les Grecs installés à Marseille (Massalia) à partir de  600 avant J.-C qui ont transmis aux Gaulois l’art de faire du vin. Au 1er siècle avant J.-C, les vins de Vienne, capitale des gaulois Allobroges, comptaient parmi les plus appréciés à Rome. On les retrouve cités par des auteurs antiques tels que Pline et Plutarque. 

«Seuls les Viennois semble-t-il, demandent un prix supérieur pour leurs vins poissés, dont nous avons cité les crus, mais sur le marché intérieur et par amour propre national ; ce vin, bu frais, passe pour être plus froid que les autres.»
Pline 14, 57

Pline 14, 57 – Citation relevée au Musée Gallo-Romain de Saint-Romain-en-Gal.
Fragment de la mosaïque du Châtiment de Lycurgue.
Bacchus se repose presque indifférent alors que la bacchante Ambrosia métamorphosée en vigne étrangle de ses ramaux le roi Lycurgue.
– Musée Gallo-Romain de Saint-Romain-en-Gal

Les vignerons de l’association Vitis Vienna souhaitent donc quitter l’IGP Collines Rhodaniennes pour obtenir un classement en côtes-du-rhône. La procédure est en cours d’instruction. On devrait bientôt procéder à la délimitation du vignoble. Une fois le classement en côtes-du-Rhône  génériques acquis restera alors à suivre la voie hiérarchique, soit une appellation village avant une reconnaissance en cru, à l’égal du Côte-Rôtie ou du Condrieu. Comme quoi le prestige qui s’attache à la rive gauche ne touche pas seulement Paris…

Belle préfiguration de la future AOP ( Vitis Vienna ? )que cette cuvée Mosaïque 2019 signée Christophe Pichon

http://www.vitisvienna.com

Share.

Comments are closed.