Le Bistrot Valois

0

Quand une placette devient piétonnière et que les autos font place aux terrasses, ce peut être une bénédiction pour le patron du bistrot du coin surtout s’il s’agit d’un quartier historique et couru par les touristes.

Laurent Chainel

Ainsi en va-t-il du Bistrot Valois à quelques mètres du Palais Royal. Après avoir rongé son frein durant des mois de travaux, Laurent Chainel, son patron depuis fin 2013, a greffé une belle terrasse végétalisée qui fait de ce bistrot un spot plein de charme. De quoi taper dans l’œil de réalisateurs de séries américaines comme cette future “Lily in Paris”, où l’histoire d’une jeune américaine à Paris.

bistrot_valois_salle

Les portes voûtées rappellent qu’avant d’être un bistrot, le lieu fut d’abord l’écurie de Louis-Philippe – également Duc de Valois- dont les appartements se situaient dans le Palais Royal. On sent bien que le patron a tenté de se débrouiller avec ce poids historique. D’où une ambiance qui tente de concilier le côté « populo » du bistrot -zinc de Nectoux- et quelques figures du premier arrondissement. Ainsi s’explique cette série de petits tableaux, sorte d’inventaire à la Prévert alliant Philippe d’Orléans à Chopin ou encore Sarah Bernhardt.

Brioche perdue aux écrevisses et champignons

Côte de veau aux morilles

Côté bistrot, les bons arguments ne manquent pas sur la carte. Laurent Chainel a le terroir dans les tripes. Il est sur un axe est-ouest, originaire des Vosges par le père et du Calvados par la maman, il est soucieux du bon produit et du fait-maison. Il affiche son diplôme de maître-restaurateur décroché en 2011 et milite pour le classement des bistrots de Paris par l’Unesco.

bistrot_valois_chefDepuis des années, c’est le chef Sébastien qui met en musique la stratégie gastronomique patronale. Ce talentueux augmente au fil des ans sa créativité. S’il maîtrise ses classiques, de l’œuf mayo à la côte de veau aux morilles linguine (22,90€), il improvise dans la couleur et la texture. Comme par exemple avec cette brioche perdue aux écrevisses et champignons ou cette salade de joue de bœuf régénérante. Il a aussi une main pâtissière magique. Son mille-feuille avec une tranche de mangue révèle un effeuillage tendre et savoureux. Et son baba au rhum arrangé du patron laisse une belle empreinte au palais.

Quant à Bacchus, la carte des vins révèle une sélection de connaisseur exigeant avec une sélection de vins au verre de bon aloi (à partir de 5,80€) ouverte sur bien des vignobles. Premières bouteilles à partir de 28€ comme ce touraine-sauvignon du château Quincay. Et des auteurs reconnus comme Foillard pour le morgon, Richaud en côtes-du-rhône ou Antoine Arena pour le patrimonio. On signalera la cuvée du Bistrot Valois ( 33€…), cahors fruité et digeste plus rustique que tannique qui apporte une touche champêtre dans ce Paris de vieilles pierres.

Bistrot Valois

1 place Valois
75001 Paris
Métro : Ligne 1, Palais Royal
Fermé dimanche.
Pas de formule le midi.
A la carte : 40/50€

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.