Jeff Carrel, winemaker languedocien

0

Son nom sonne comme une marque de prêt-à-porter en vogue chez les affranchis de Little Italy ! Il aurait pu faire carrière dans la limonade parisienne ou le négoce des vins mais Jeff Carrel, originaire du Cantal, s’est bâti une carrière de winemaker languedocien en rénovant une vieille cave de 1857 du côté de Lézignan-Corbières. Pas facile d’accéder à l’intérieur de l’ovni. L’homme ne se livre pas du premier abord et cherche plutôt à désarçonner par un côté provo. 

Serait-il un docteur Jekyll et Mister Hyde du vin. «Vous voulez de  l’ignoble » ? s’enquiert-il malicieux. Et le voilà de dégainer une bouteille noire « Villa des Anges ». Un cabernet-sauvignon au nez boisé, à la bouche de fruits noirs surmuris et saturée de sucre. Pour un peu, il serait fier de ce « junk wine pour junk food ». «J’ai pensé à ce cabernet en écumant les bars de New-York, j’ai cherché ce qui pouvait le mieux coller avec un burger. A la deuxième gorgée, l’accord avec mon cabernet fonctionne parfaitement   En blanc, dans cet esprit US, le winemaker exhibe « l’Air du Temps », nez opulent et commercial, arôme d’écorce d’orange et impression d’allumette flambée, évoquant le chablis mais en plus gras et exubérant.

 

Mais quand tombe le masque du cynisme, Jeff Carrel révèle parmi d’autres, des vins plus secrets et charmeurs, de ceux qui murmurent plutôt que de déclamer. Ainsi en va-t-il de son bien nommé « Point de vue »,  assemblage de 70% de riesling et de 30% de chardonnay, notes ténues de pêche et belle acidité (12,90€). Ou en rouge, à l’exemple de ce « Domaine Sous la Montagne, Vin d’Altitude », un côtes du Roussillon, assemblage de carignan, syrah, grenache et lledoner pelut réalisé à partir de vignes au bout de la Vallée de l’Agly qu’il a rachetées. Un toucher de bouche à la fois frais, tendu et minéral sur des petites notes de garrigues. La face éclairée de ce Janus bachique. 

https://www.jeffcarrel.com/

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.