Bistrot Unesco : Adieu Paris et ses Terrasses… bonjour la France et ses Cafés

0

C’était le 6 mars. Une éternité… Le bureau de l’association créée pour faire inscrire “l’art de vivre des bistrots et terrasses de Paris au patrimoine immatériel de l’Unesco” décidait de lui attribuer un nouveau nom. L’Association pour la reconnaissance de l’art de vivre dans les bistrots et cafés de France en tant que patrimoine culturel immatériel. 

Il semble que la Direction du patrimoine du Ministère de la culture ait « sensibilisé » les membres de l’association au fait qu’une reconnaissance nationale par l’Etat français était une condition préalable à une reconnaissance par l’Unesco. 

Depuis, toutes les actions envisagées qui s’annonçaient spectaculaires (expos photos à Paris, fête des bistrots en Ile-de-France, course des garçons de café au Trocadéro… ) ont été repoussées aux calendes grecques.

Le nouveau logo dessiné par Gab.

«Avec ce qui se passe, si on ne parvient pas à décrocher l’Unesco dans un tel contexte, c’est qu’on est en-dessous de tout» confie Alain Fontaine, président de l’association.

Il est bien conscient que la distanciation sociale liée au Covid-19 pourrait tuer bien des bistrots. (Lire à ce sujet l’interview de Didier Chenet, patron du GNI) «Le risque de cette pandémie, c’est de voir un capitalisme sauvage s’emparer de la restauration traditionnelle française -notamment à Paris- par des rachats en pagaille. Ce que nous risquons, c’est une disparition massive des indépendants au profit d’une restauration de chaîne normée. » L’étendard Unesco ne sera pas de trop pour attendrir les juges du tribunal de commerce  et les banquiers quand sonnera l’heure des liquidations. 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.