Restaurants et bistrots, sous couvre-feu

0

Depuis le 17 octobre,  20 millions de Français vivant dans les grandes métropoles sont sous couvre-feu. Ils sont privés de sorties nocturnes pendant un mois au moins. La mesure annoncée par Emmanuel Macron le 14 octobre a mis K.O les syndicats de la restauration traditionnelle. Dans un communiqué commun, GNI, UMIH et consorts ont dénoncé une « fermeture déguisée des HCR ». 

Vendredi 16 octobre au soir, derniers verres avant le couvre-feu au Comptoir des Archives (Paris 4eme)

Le lendemain, suite aux précisions du Premier ministre, Jean Castex, le Syndicat National de de l’Alimentation et de la Restauration Rapide (SNARR) saluait, pour sa part, la dérogation autorisant la livraison des repas au-delà de 21h. La mesure ne concerne pas uniquement MacDo et les autres chaînes de restauration rapide mais aussi des belles brasseries à l’exemple de l’Alsace sur les Champs qui a fait savoir qu’elle était prête à livrer ses choucroutes au-delà de 21 h.

D’autres, nombreux à Paris, tentent d’échapper au couperet et proposent de dîner à l’heure anglaise, signe d’une ténacité à tenir et à s’adapter aux changements incessants qui force le respect.

Reste que beaucoup risquent de baisser le rideau devant cette mesure synonyme d’écroulement du chiffre d’affaires. Certains fermeront provisoirement s’appuyant sur le chômage partiel pris en charge à 100% . Mais d’autres fermeront définitivement, n’ayant plus de motivation dans ce métier ou de trésorerie ou encore de produits à travailler, du fait de fournisseurs non payés…

Share.

Comments are closed.