Au Petit Chavignol, sérieux repère rue de Tocqueville

0

Au Petit Chavignol est un repère de bonnes fourchettes de la rue de Tocqueville. Même si sa déco a été récemment modernisée, il demeure ce bistrot de quartier sans chichis où l’on vient se reconstituer d’une assiette généreuse et d’un bon cru. Les patrons, Laurence et Bernard Roques-Bouges, à la belle âme bistrotière, labourent chaque jour ce même sillon depuis près de 20 ans.

Le festival commence dès les entrées. Savoureuse terrine de foie de volaille (9,50€), assiette de charcuteries de Conquet de Laguiole d’où sont aussi originaires les patrons, andouille de Vire de l’Argoat (9,80€). Rien n’empêche de monter d’un cran ou deux avec une poêlée de cèpes et œuf mollet (18,50€) ou des pieds de porc désossés et gratinés (10,50€).

En plats, on peut gentiment sauter … sur le sauté de bœuf aux cèpes (13,90€) ou obliquer vers un tendre pavé de bœuf sauce poivre (19,50€) ou encore une andouillette 5A ( ci-dessus). L’Aveyron natal n’est pas oublié avec des tripous Savy flanqués de pieds de veau et de pommes vapeur (23€), spécialité régénérante lors des frimas d’hiver. A la saison de la chasse, les amateurs de gibier ne sont pas oubliés avec un civet de sanglier (24€) ou un filet de canard colvert flambé (28,50€). Il y en a aussi pour les amateurs “pointus” comme cette « surprise » de bœuf Aubrac, un morceau de choix pour les connaisseurs situé au-dessus de la palette, qui vaut bien des filets.

Surprise de bœuf Aubrac

Pas question d’oublier leur Bouteille d’Or de Tradition du Vin , le trophée bistrotier décroché en 2003. La cave du Petit Chavignol n’est peut-être pas celle de la Tour d’Argent mais elle permet de répondre à des demandes précises qu’il s’agisse de vendanges tardives alsaciennes ou d’un faugères hors normes.

Si on est en fonds, mieux vaut se laisser faire par l’ami Roque-Bouges qui vous sortira un côtes-de-nuit village 1999 signé Michel Mallard propre à vous faire oublier un an de tracas. Il pourra aussi vous proposer un vin de son ami Alain Montrozier dont le domaine éponyme en Côtes de Millau donne des cuvées enthousiasmantes bien connues des bougnats de la capitale. Bien évidemment, quand le beaujolais primeur s’annonce, il va dénicher des jus non filtrés qui laissent les palais en joie.

Mais il sait aller bien au-delà, par exemple avec cette Réserve d’Adrien Camut, vieux calvados du Pays d’Auge à la finesse et l’élégance rarement égalée. Ce Chavignol n’est pas si petit….

Au Petit Chavignol

78, rue de Tocqueville
75017 Paris
Fermé dimanche
Tél. 01 42 27 95 97

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.