L’appellation Touraine

0

L’appellation Touraine a beau être le berceau des vins de Loire avec le mythe de Saint-Martin de Tours plantant le premier vignoble à l’Abbaye de Marmoutier, elle n’est pas facile à identifier. A cheval sur les deux départements d’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher, l’appellation Touraine recouvre une mosaïque de terroirs et de vins. Ici les sols d’argiles à silex s’appellent les “perruches”. Quant aux argilo-calcaires sur sous-sol crayeux, ils sont baptisés “aubuis” ou “tufs”.

En rouge, les Touraine évoquent des vins légers et digestes à boire dans leur prime jeunesse.

touraine_chenonceau_castle

Les vins de Touraine ont parfois souffert d’une réputation de “petits vins”  produits en trop grande quantité. Mais on peut aussi tomber sur des perles travaillées par des vignerons passionnés à des prix défiant toute concurrence. Il y a aussi de sacrées individualités. Ainsi en va-t-il par exemple des touraine nature d’Henry Marionnet, vigneron hors-norme qui a réussi à s’imposer sur de jolies tables bistrotières parisiennes en faisant la synthèse entre le recours à de vieux cépages et des méthodes de vinification élaborées. Ou encore des vins sans souffre dans les arômes n’ont plus grand chose à voir avec ceux que l’on connaît.

 

 

touraine_amboise

La réputation des touraine tend à s’améliorer grâce également à la montée en puissance des appellations communales qui profitent de la notoriété des châteaux ligériens. Des appellations communales aux cahiers des charges plus exigeants qui poussent les vignerons à jouer la qualité et et qui servent toute l’appellation. Ainsi en va-t-il de l’AOC Touraine-Amboise (ci-dessus le château), de l’AOC Touraine-Azay-le-Rideau, de l’AOC Touraine-Mesland, de l’AOC Touraine-Noble Joué. La reconnaissance par l’INAO du Touraine-Chenonceaux et du Touraine-Oisly blanc publiées en septembre 2011 après plusieurs années d’effort fondée sur une approche terroir et vinification très rigoureuse a relevé encore d’un cran l’image des vins de Touraine.

 

Carte d’identité de l’appellation

Date de naissance de l’appellation : 1939
Superficie : 5000 ha sur 70 communes d’Indre-et-Loire et du Loir-et-Cher.
Rendement maximum : 60 h/hal pour les rouges et rosés, 65 hl/ha pour les blancs, 72hl/ ha pour les mousseux
Nombre de viticulteurs : 650
Vins rouges, rosés, blancs, pétillants
Cépages
Rouge (38% de la production) : gamay, pinot noir, cabernet franc, cabernet sauvignon, cot, pineau d’Aunis
Blanc (42%) : sauvignon, chenin et chardonnay (20% au maximum)

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.