Les Titis bio de la Maison Richard

0

Avant d’être un célèbre canari de Warner-Bros, Titi était l’archétype du gamin parisien déluré des faubourgs. Il avait un accent, celui de Maurice Chevalier. La Maison Richard a baptisé Titi sa nouvelle gamme de vins.

Loin du gros rouge débité par les entrepôts de Bercy d’antan que s’enfilaient les vieux … titis, voilà des vins parés de toutes les vertus pour séduire un Paris gentrifié et sensible à la durabilité. Soit une gamme de vins bio et vegan* en quatre appellations : fronton, côtes-du-rhône, côtes-de-provence, blaye côtes-de-bordeaux.

Le vin monte à Paris par citerne. Il est embouteillé à Gennevilliers dans l’usine Richard. Chaque bouteille sert au moins 7 ou 8 fois. Le bouchon Helix  est à vis, en liège, matière 100% renouvelable. L’encre de l’étiquette est végétale. Au-delà du retour à la tradition de la consigne des vins, le procédé, estime-t-on chez Richard, anticipe une tendance lourde face au traitement du verre à Paris.

Bon point, les Titis de Richard ne sont pas faits par des producteurs anonymes mais par des vignerons bien ancrés dans leur terroir. Il s’agit en l’occurence d’Olivier de Pierrefeu à Cuers (Var), de Guy Salmona à Fronton, de Jérémy Onde originaire de Sarrians pour le côtes-du-rhône villages et d’Olivier Chéty, pour le Blaye.

Chaque cuvée correspond assez bien au profil de goût que l’on se fait de son appellation. D’honnêtes vins de comptoir et de copains expressifs et sans défauts. La Maison Richard se fixe comme objectif d’en écouler de 30 000 à 40 000 bouteilles par an.

Facturés à partir de 3,50€ HT, ils devraient permettre au patron de pouvoir réaliser de bonnes recettes à condition de ne pas aller au-delà de la quadruple culbute. A l’instar du Bouillon Pigalle, qui fournit ici un parfait contre-exemple avec un Titi à 19€.

*Vin vegan : 100% d’origine végétale excluant donc toute colle à base d’œuf, de caséine (lait) ou de poisson utilisée pour clarifier le vin.

La Maison Richard en quelques chiffres …

S’il n’y a jamais de position acquise, on dira que la Maison Richard, créée en 1892 et qui a accompagné les bougnats demeure incontournable à Paris. Soit 7 000 clients actifs et 30 millions de bouteilles pour la restauration parisienne. Depuis 2008, la Maison Richard n’a cessé d’enfoncer à fond le champignon du bio. Les vins bio commercialisés sont ainsi passés de 9 à 70 vins.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.