Domaine Brusset, les crus polis des Dentelles de Montmirail

0

Du côté des Dentelles de Montmirail, trois générations de Brusset ont tissé un patchwork de vignobles et de cuvées avec des nuances aussi diverses que délicates mais toutes marquées par un style de vin bien particulier au pays de ces crus solaires. Des nectars aromatiques, frais et amples beaucoup plus accrocheurs que les traditionnels « pichets de côtes » autrefois servis dans nos chers bistrots.

Partis de 7 ha à Cairanne, les trois générations de Brusset ont multiplié par dix la taille de leur domaine avec des vignobles dans les principales appellations qui tangentent les “dentelles”, de Gigondas, à Rasteau, de Ventoux aux Côtes-du-Rhône.

Si André, le fondateur, fut un pionnier de la vente en bouteilles, Daniel, son fils, fut le premier à élever le gigondas en fûts neufs. C’était la grande époque de Parker et de la mode boisée. Depuis, les Brusset ont réduit le pourcentage de fûts neufs à 50%. Pourtant les notes et appréciations élogieuses des dégustateurs notamment anglo-saxons n’ont pas baissé. Elles permettent au Domaine Brusset d’exporter près de 70% de la production.

Laurent Brusset

Les Brusset ont toujours suivi les mêmes quelques lignes directrices. Des rendements limités de 25 à 35 hl/ha selon les appellations, l’éraflage total de la vendange, le recours à des levures indigènes et à une pré-fermentation à froid pour les vins rouges. Aujourd’hui Laurent Brusset travaille à la recherche d’une extraction optimum grâce à un « robot pigeur ». De même pour les grands millésimes, il opère un travail de réintroduction des lies.

Au final, le Domaine Brusset déploie une gamme cohérente et séduisante de crus des côtes du rhône méridionaux avec quelques sommets comme ces Hauts de Montmirail 2015 (25,60€ départ cave). Un gigondas assez bluffant au nez hyper aromatique de clairière de violettes, de cerise et de cassis. En bouche son assise et le polissage de ses tannins des arômes se conjuguent à la fraîcheur et aux notes de cacao et de réglisse.
Le rasteau la Bastide 2015 (13,60€ départ cave), assemblage de grenache et mourvèdre, a une puissance et une amplitude en bouche peu banale. On apprécie les notes joyeuses de myrtilles surmontées d’une pointe de réglisse.
La cuvée Chabriles 2015 du nom du coteau exposé plein sud (13,10 € départ cave) est un attachant cairanne provenant d’une sélection de vignes de 80 ans. Entre épices et fruits noirs, la cuvée se révèle élégante et structurée. En bouche,  une impression de pointe de pruneaux confits et de notes de garrigue.

On peut trouver les vins Brusset sur les tables de quelques étoilés mais aussi dans d’honnêtes bistrots tels que le Royal Jussieu.

 

www.domainebrusset.fr

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.