Bruno Jeudy : Les nouvelles tables parisiennes de la politique

0

«Les politiques recherchent des adresses plus cosy et un peu à l’écart avec des cartes plus légères.»

Interview de Bruno Jeudy : rédacteur en chef du service politique de Paris-Match et consultant à BFM.

Chez Françoise demeure-t-elle encore une adresse incontournable chez les politiques ? 
Jusqu’au début des années 2000,  ce fut une adresse politique très en vogue. Elle est un peu déclinante aujourd’hui. Elle attire encore quelques célébrités  de l’ancien monde comme Nadine Morano mais elle demeure l’adresse des parlementaires qui aiment déjeuner entre eux.
D’une façon générale, les politiques recherchent des adresses plus cosy et un  peu à l’écart avec des cartes plus légères même si celle de Chez Françoise s’est également allégée. Les repas gargantuesques de sénateurs jusqu’à 16 h avec digestif ont quasiment disparu.

Quelles sont justement ces nouvelles tables fréquentées par les élus à Paris ? 
Il y a plusieurs dans le 7ème : Chez Auguste, Savarin, Chez les Anges ou le Café Max. Parfois, on arrive de sortir du 7ème pour les Editeurs à l’Odéon, Macéo au Palais Royal, Dessirier place Pereire (Paris 17e) mais qui est très cher ou encore Lazare à Saint-Lazare mais qui est bruyant.

Et la Rotonde chère au Président Macron ? 
On y va un peu. Certaines comme Ségolène Royal l’adorent.

Quid de Lipp
Lipp, en tant qu’adresse des politiques, n’existe plus.

 

Pour ces repas avec les politiques au restaurant, quelles sont les règles en matière de notes de frais, sont-elles contingentées ? 
Moi j’ai réglé le problème. Avec un groupe de confrères, c’est nous qui payons et nous sommes remboursés par nos médias. Quand aux repas dans les ministères, il y a eu des restrictions budgétaires depuis Hollande. Les frais des cabinets ministériels sont passés au tamis.

Auguste – Paris 7e

La table, ça demeure toujours aussi important pour nouer des relations avec les politiques ? 
Les nouveaux élus de la LREM découvrent cela. Ils n’étaient pas habitués à partager une discussion autour d’une table avec des journalistes politiques. Cela permet de discuter sur le fond et c’est aussi un bon training pour eux. Nous, on invite plutôt les «graines de stars » et visiblement il se mettent vite à apprécier les déjeuners.

Y-a-t-il des tables ministérielles plus réputées que d’autres ?  
Disons que c’est plus ou moins bon. La meilleure table étant celle du Ministère de l’Agriculture suivie par celle du Quai d’Orsay. D’autres sont plutôt médiocres. Il m’est même arrivé de manger avec un plateau repas dans le bureau d’un ministre. C’était  chez Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire Je ne suis pas bégueule mais cela aurait été inimaginable il y a quelques années.

Interview donnée le 23 octobre

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.