Metro : “Laissez venir à moi les petits bistrots…”

0

Dans son “quartier” du Sirha, Metro avait érigé un stand plus conceptuel dédié au  thème du futur. Pas celui la planète mais celui du business du restaurateur. Avec ses tables de la Loi déclinées sur de grands écrans plats tactiles. “J’augmente mon chiffre d’affaires, je baisse mes coûts, je trouve des moyens de financements ou encore j’optimise mon management…”

Le géant de la distribution -et sponsor absolu du Sirha- a mobilisé une brochette de startups (GuestonLine, Pop and Eat, the Good Invest etc..) dédiées à la restauration afin de répondre à la globalité des problématiques posées à un porteur de projet dans la restauration. Du financement à la “com” jusqu’au site internet et la réservation en ligne. L’explication ne manque pas de saveurs. Les mauvais esprits y verront une adaptation moderne d’Hansel et Gretel, dans les rôles des restaurateurs et de Metro dans celui de la Sorcière cannibale.


«Si on ne les aide pas, les indépendants vont disparaître et on perdra nos clients. Nous avons choisi de répondre aux besoins des restaurateurs en leur fournissant les mêmes outils que les grands groupes en termes de conseil de financement, de com. Pour nous, il s’agit de mettre les porteurs de projets en contact avec des startups afin par exemple de leur faire profiter du crowdfunding. » explique Gonzagues Gustin, chef de secteur chez Metro qui officiait sur le stand. A ses yeux, outre le sort des petits restaurateurs, il en va aussi de la défense de la gastronomie française. «Vous trouvez ça normal que le dernier restaurant ouvert sur les Champs soit un Five-Guys ? » Reste que si Metro veut sauver la restauration française, il existe aussi un autre moyen moins tape-à-l’œil mais plus pérenne : encourager les vrais producteurs français à jouer la qualité en leur achetant à des tarifs qui leur permettent de vivre dignement … Vaste programme qui s’applique il est vrai à tous les distributeurs.

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.