Le futur Camembert AOP, un étendard pour la Normandie ?

0

La production de camembert de Normandie AOP devrait être multipliée par 10 passant de 5500 tonnes à 50 000 tonnes. Et la Normandie devenir la grande gagnante avec un fromage plus identitaire et une race normande mieux valorisée. D’où une possible angoisse chez les patrons de brasseries   qui recourent à cette race mixte présentant un excellent rapport qualité/prix. Le nouveau camembert ne va-t-il pas raréfier l’entrecôte de viande normande dans les bistrots ?

Jean-Marie Cambefort lors d’une dégustation de camemberts de Normandie à la Bonne Franquette

Qu’en pense Jean Marie Cambefort, grand maître de la Confrérie des Chevaliers du Camembert. Ce Rouergat devenu Normand d’adoption après voir avoir notamment dirigé l’usine Lepetit conduit une démarche pour faire classer le camembert à l’Unesco. Comme le Bistrot de Paris

J’ai été d’abord en colère. Finalement avec le recul, c’est une bonne nouvelle pour la Normandie que tous les camemberts soient sur la même appellation. Les industriels, qui produisaient « les fabriqués en» vont devoir s’adapter avec l’obligation des races normandes et du pâturage. Ils vont mieux payer leur lait aux 2000 producteurs normands. Quand on se promènera en Normandie on verra des vaches Normandes dans les prairies .

Pour une fois l’INAO a tranché et joué son rôle. Car les industriels ne voulaient pas de cette innovation, ils préféraient une IGP. Pour eux le prix de revient va s’élever. Et les prix entre les « fabriqués en » -aujourd’hui autour de 1,5€- et les « de Normandie » -qui peuvent atteindre 4€ -devraient se rapprocher. Quant au consommateur, il aura une meilleure compréhension du produit.

 

 

 

Mais avec l’abandon du lait cru, la nouvelle appellation ne tire-t-elle pas vers le bas ? 

Ca devrait être le contraire…Ceux qui faisaient déjà de l’AOP Camembert de Normandie vont bénéficier d’une mention valorisante, type « Véritable». Ce sera comme un super camembert, l’équivalent d’un grand cru à Saint-Emilion mais il faudra qu’ils passent à 100% de lait cru de vaches normandes (contre 50% aujourd’hui).  Ils ont quatre ans pour y arriver.

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.