Goût de / Good France remet le couvert le 23 mars

0

Le 21 mars 2018, la 4ème édition de Goût de / Good France, rassemblera plus de 3000 restaurants – dont 1300 en France- et 150 ambassades sur les cinq continents pour célébrer la gastronomie française. A l’origine, il y a l’idée des « Dîners d’Epicure»  du chef Auguste Escoffier, lancés en 1912, soit des dîners caritatifs dégustés le même jour dans différents lieux comme l’a rappelé le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves le Drihan.

Cette année, les chefs du monde entier participants sont invités à rendre hommage à Paul Bocuse en intégrant un plat de Monsieur Paul dans leur menu.  L’accent sera aussi mis sur la thématique des vins et spiritueux. Une façon d’ouvrir les papilles aux bons accords par exemple aux cuisiniers perses ? Autre nouveauté à partir de cette année, chaque édition mettra à l’honneur une région. Cette année, ce sera la Nouvelle Aquitaine.

Pas de préconisation sur le prix des menus mais chaque restaurant s’engage à reverser 5% des ventes à une ONG locale œuvrant au respect de la santé et de l’environnement.

Les bistrots ont le droit de participer mais il faut qu’ils soient « de qualité » . Exit donc le bistrot de la mère Tatzi de Pierre Perret avec le p’tit muscadet ramoneur du matin et le bœuf bourguignon mitonné depuis 15 jours dans la même gamelle. A Paris, la plupart des établissements participants  à l’opération sont d’ailleurs labellisés  « Restaurants de qualité ».

Visiblement, Emmanuel Macron est très motivé par cette opération qui fait de la gastronomie une arme diplomatique. Il aurait fixé un objectif de 10 000 chefs participants pour  l’opération Good France 2022. Quant à Alain Ducasse,  initiateur de l’opération  et « shadow » ministre de la gastronomie, il a annoncé la tenue en septembre d’un forum international sur la gastronomie le même mois que la Fête de la Gastronomie. Au menu, des problématiques centrées sur les responsabilités à l’égard de la planète ou ses dimensions sociales. Tant est vrai que l’obésité hypothèque la qualité de vie de centaines de millions d’êtres humains en occident comme dans de nombreux pays en voie de développement.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.