L’INAO rejette l’AOP Pérail, une victoire pour Lou Pérac.

0

Très fort Lactalis ! ou comment faire, sans en avoir l’air, pour tuer dans l’œuf un projet d’AOP qui pourrait faire de l’ombre à votre marque ? Illustration avec le Pérail, petit fromage rond frais au lait brebis remontant aux Romains, disparu avec l’envolée du roquefort et relancé par des néo-ruraux avec la lutte dans les années 70 contre l’extension du camp militaire du Larzac. Après 25 ans de travail, ses producteurs pensaient toucher au but avec sa reconnaissance par l’INAO.

Membre de l’association, réalisant 70% de la production avec 1000 tonnes de pérail sous la marque Lou Pérac, la Société des Caves (Lactalis) s’était bien gardée d’apparaître aux dernières conférences de presse de l’association de défense avec les autres producteurs.
A la différence de ces derniers, sincères et motivés, le N°1 mondial fromager n’avait sans doute aucun intérêt à voir une AOP Pérail poindre avec ses contraintes et faire ainsi de l’ombre à son « Lou Pérac » qui serait devenu un Pérail parmi d’autres …

Les équipes de Lactalis, parfaitement au fait des exigences de l’INAO en termes de cahier des charges, ne pouvaient manquer de savoir ce qui attendait le projet d’AOP Pérail avec un cahier des charges cumulant autant de techniques de fabrication : ajout ou non d’eau, égouttage, démoulage, stockage, lait cru ou thermisé, durée de maturation et d’affinage … Sans surprises, le 13 juin, le comité national des produits laitiers de l’INAO a rejeté à une forte majorité la reconnaissance du pérail en AOP.

En savoir plus sur Aveyron.com

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.