Pierre Hermé et la quête du vert pistache …

0

Sus à la pastellisation de l’alimentation !

Interdit-on à un artiste de choisir son matériau ? Celui que le magazine Vogue a décrit comme le « Picasso de la Pâtisserie » tant les couleurs de ses macarons tapent dans la rétine s’est retrouvé bien mal noté dans le numéro de janvier de Que Choisir à cause de la couleur de son macaron.

Matisse avait son bleu, Soulages a son noir, et Hermé tâtonne à la recherche du meilleur vert pistache. Las ! son interprétation de cette couleur n’a pas eu l’air de plaire aux experts de Que Choisir. Aux termes d’un test comparatif de macarons, ils ont déclaré le sien non conforme sous prétexte du recours à un colorant interdit dans la pâtisserie. Ils l’ont donc classé 7ème sur 8 juste devant celui Lidl – certes un peu moins cher…à 27 centimes d’euro le macaron contre 2,63€ pour celui d’Hermé.

Mais que celui qui n’a jamais coloré lui jette son tube de gouache ! Hermé lutte contre la pastellisation du monde alimentaire et contre cette tendance à nous faire manger des mets aux couleurs pâlottes ? C’est bien vers quoi nous poussent les thuriféraires du bio et de la nature avec leurs teintes aussi naturelles que ternes. Mais il en va du vert de la pistache comme du rose du jambon ou de l’orange du saumon, les couleurs de la vie agro-industrielle demeureront toujours les plus pimpantes. Warhol aurait-il eu le même succès s’il avait peint sa Campbell’s soup à l’aquarelle ?

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.