La SNCF place ses “Chefs de gare” !

0

Oublions retards et grèves, ruptures de caténaires et pannes de transfo ! Restons en gare, mais de notre plein gré cette-fois, pour savourer le terroir comme nous y invite la SNCF avec la 6ème édition de l’opération « Chefs de Gare » du 4 au 14 octobre. Ce happening culinaire se déroule dans 37 gares. L’opération inclut des animations avec des chefs et une centaine de marchés de terroirs avec des artisans locaux.

Michel Rostang, Christian Le Squer, Patrick Ropert  (Directeur de Gares & Connexions) Thierry Marx, Michel Roth et Eric Fréchon

Pour marquer le coup, le 4 octobre, Gare de l’Est, la SNCF a dégainé une brochette de toqués : Eric Fréchon, Thierry Marx, Christian le Squerr, Michel Roth et Michel Rostang. Il ne s’agissait pas là  d’un simple onguent gastronomique pour ébaudir le chaland et oublier les plaies structurelles de l’entreprise. Plutôt de prouver que cette ouverture à la gastronomie haut-de-game symbolise la volonté de la SNCF d’amplifier le rôle des gares en les transformant en véritables centres commerciaux.
Ainsi la future Gare Montparnasse – une trentaine de mois de travaux pour un achèvement fin 2020 – devrait être l’apothéose du mouvement avec 130 commerces et restaurants. Dont un, peut-être, signé Alain Ducasse.

Flash-back : c’est Eric Fréchon avec Lazare, dans la gare du Saint éponyme, qui a ouvert le bal en 2013. Suivi de l’ubiquitaire Thierry Marx avec l’Etoile du Nord dans la Gare du Nord qui semble avoir du mal à conquérir des banlieusards fatigués et pas forcément prêts à mettre 23€ dans un tartare. Michel Rostang, comme un padre, vient de tirer le gros lot. Début septembre, il a été choisi pour animer les fourneaux du Train Bleu, le buffet doré de la Gare de Lyon et de l’ex-réseau PLM. En province, Michel Roth exploite Terroirs de Lorraine à Metz. Quant à Christian le Squerr il devrait ouvrir son « Paris-Brest » en gare de Rennes, un « bistrot » dans lequel il promet de travailler du cochon breton.

L’arrivée de ces “Chefs de Gare” signe-t-elle l’arrêt de mort des buffet de gare ? De ces sortes de foyers, ouverts à tous dès potron minet et qui, comme les bistrots et malgré les œufs durs parfois fétides et les sandwichs SNCF élastiques, mixaient la société devant des plats roboratifs. Ils ont parfois été à l’origine de belles aventures industrielles A l’exemple de Raynal et Roquelaure, du nom des deux patrons du buffet de la gare de Capdenac (Aveyron) qui décidèrent de mettre en conserve leurs recettes – à commencer par leurs saucisses lentilles. N°2 du secteur aujourd’hui encore l’entreprise fait travailler 200 personnes à Capdenac. Puissent les « Chefs des gares » choisis par la SNCF, susciter des aventures aussi prospères pour la France !

Lazare et sa “meilleure saucisse purée”

Document promotionnel de Lazare.

Vade retro Jean Gabin et ta Lison ! Cette saucisse-là n’est pas pour toi, roulant. Le “service de com” de Lazare n’hésite pas à reprendre le titre de « meilleure saucisse purée de Paris » décroché au terme d’un comparatif réalisé en février 2016 par le Figaroscope. A l’époque, la saucisse était facturée 19€. Elle est passée à 21€…Pas sûr que les éleveurs porcins aient connu une même appréciation de leurs cours. C’est le charcutier francilien Chédeville -fournisseur de centaines de bistrots- qui la fabrique. A supposer un prix au kg autour de 9 HT, la saucisse-purée Lazare serait aussi l’une des plus rentables de France.  

En savoir plus sur l’opération Chefs de gare

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.