Le Collège Culinaire de France lance l’appellation « Producteur artisan de qualité »

0
Showing 2 of 2

A ce sujet d’ailleurs, les “parrains” présents à la tribune ont fait entendre de sérieuses dissonances. Ainsi d’Alain Dutournier pour qui «le “fait maison” ne garantit absolument pas la qualité d’un restaurant » alors que Thierry Marx le défend comme « une idée pas mauvaise à travailler et dont la cible est en vue

Quid de l’indépendance financière ? «On n’accepte pas d’argent de l’industrie agroalimentaire, notre logique d‘indépendance est une position politique» a expliqué Gilles Goujon secrétaire général du Collège Culinaire. En clair, pas question de ressembler à Slow-Food « qui défend la veuve et l’orphelin mais qui est financé par l’agroalimentaire » a lancé Alain Dutournier. Soit. Même si l’on peut relever qu’un des producteurs retenus dans la première fournée des artisans sert de faire-valoir à un géant de l’agroalimentaire trés éloigné des pratiques artisanales.

Le 18 novembre 2014 sera-t-il une date historique pour la gastronomie française ou une tentative de verrouillage supplémentaire d’un clan contre un autre ? On verra à l’usage la pertinence de ces « Artisans de qualité » . Gilles Goujon table sur un potentiel de 10 000 producteurs. Après les Compagnons de la Libération, les Compagnons de la Gastronomie ?

En savoir plus sur les Artisans de Qualité

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.