Les vins du Centre-Loire

0

A quelques semaines des fêtes, les AOP du Centre-Loire (Sancerre, Pouilly-Fumé, Menetou-Salon, Quincy, Reuilly, Coteaux du Giennois, Châteaumeillant, Pouilly-sur-Loire) se rappellent au bon souvenir des amateurs de blancs fins et minéraux, leur couleur dominante huit fois sur dix grâce au sauvignon.

Le millésime 2018 est leur arme fatale. Malgré une météo chaotique – printemps diluvien, été caniculaire – bien des vignerons sont parvenus à sortir des cuvées solaires subtiles et pleines d’expression. Il leur aura fallu se lever avant l’aube afin de récolter de grains bien mûrs dans la fraîcheur matinale afin d’éviter l’oxydation et la piqûre des grains à la chaleur du soleil.

Le vignoble sancerrois, au loin la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire

Bien sûr, Sancerre domine encore largement dans le groupe, suivi par Pouilly-Fumé. Mais depuis deux décades, on assiste à la montée en puissance du Menetou-Salon. «Quand j’ai commencé il y a 15 ans, 180 ha étaient plantés à Menetou, aujourd’hui, c’est près de 600 ha.» explique Bertrand Minchin, vigneron du Domaine de la Tour Saint-Martin. Autre vin en vogue un peu méprisé au départ : les côteaux-du-giennois. Profil plus simple et plus fruité, ses cuvées offrent de belles surprises à des rapports qualité-prix intéressants.

Comparés à d’autres vignobles français, les vignerons du Centre Loire accusent un retard en matière de développement durable. A ceci plusieurs causes : la situation septentrionale d’un vignoble confronté à une pluviométrie élevée et à des poussées d’humidité plus intenses qu’ailleurs.

«La règlementation du bio est critiquable en imposant une dose limite de recours au cuivre de 4 kg/an où que l’on se trouve. Ainsi dans le sud on sait bien que le vigneron en aura bien moins besoin que chez nous. Tout cela fait le jeu des « chimistes » qui poussent à la baisse de la limite du cuivre autorisé, pour prouver l’impossibilité de la reconnaissance de travailler en bio. » confie un des précurseurs bio, Jean-Dominique Vacheron, du domaine éponyme.

Carte du vignoble du Centre-Loire

Question insecticides, on peut aussi mieux faire. Ainsi à Pouilly, ce n’est que cette année que certains vignerons se sont décidés à jouer collectif sur la mise en place d’un système de confusion sexuelle contre les papillons. Seule façon d’être efficace. Et d’offrir une alternative aux insecticides.

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.