Les vins du Roussillon

0

Pays chaud du bout de France qui butte sur les Pyrénées, le Roussillon – du nom de la province d’Ancien régime devenue département des Pyrénées Orientales- ne produit pas de vins banals.

Le Roussillon, c’est 14 AOP  dont  9 en vins secs et 5 en vins doux naturels*.

Relief, géologie et climat se sont ligués pour donner des vins puissants et très aromatiques. Grâce à son soleil irradiant, le Roussillon est le terroir de prédilection des vins doux naturels mutés, dont il produit 80% de la production française. A commencer par le Rivesaltes, le Banyuls ou encore le Maury. Et ces terroirs de schistes, de calcaire ou encore de granit apportent de la fraîcheur à des vins qui sinon, deviendraient vite brûlants.

 

roussilon_pyrenees

Mais c’est un vignoble qui a souffert. En 40 ans, il s’est réduit comme peau de chagrin passant de 70 000 ha dans les années soixante à près de 21 000 aujourd’hui. Désormais, 70% des vins seraient en AOP. On en compte 14. Parmi les vins tranquilles on relève le Collioure, mais surtout les Côtes du Roussillon ( 60% de la production) et les Côtes du Roussillon Villages ( 20%). Les rouges, souvent solaires et charpentés représentent 58% de la production. Les cépages principaux sont le carignan, le grenache, le mourvèdre et la syrah complétés en cépages accessoires par le cinsaut et le fameux lledoner pelut. Pour les blancs souvent séduisants on trouve le grenache blanc , le macabeu mais aussi le tourbat  (dénommé localement “malvoisie du Roussillon”).

Quant aux vins doux naturels ( 20% de la production), griffe roussillonnaise par excellence, on les retrouve avec le Rivesaltes, le Maury, le Banyuls, le Banyuls Grand Cru, et le Muscat de Rivesaltes.

Sans oublier les ex-vins de pays. Et bien sûr l’IGP Côtes Catalanes ( 99,9%)  dont certaines cuvées n’ont pas à rougir de la comparaison avec les AOP et se vendent jusqu’à trois fois plus chères qu’une AOP. (Lire à ce sujet). Ce n’est que justice tant les rendements sont souvent bas pour ces terres dures à travailler où les coûts de production explosent. La seule issue pour ces vignerons est donc de valoriser au mieux ces cuvées et de se distinguer par une identité forte de grands vignobles. Avec des objectifs ambitieux comme celui de passer 50% des surfaces en bio et/ou HVE d’ici 2025.

 

*9 AOP en vins secs

•collioure (blanc, rosé, rouge)
•côtes du roussillon (blanc, rosé, rouge)
•côtes du roussillon villages (rouge)
•côtes du roussillon Les Aspres (rouge)
•côtes du roussillon villages Caramany (rouge)
•côtes du roussillon villages Latour de France (rouge)
•côtes du roussillon villages Lesquerde (rouge)
•côtes du roussillon villages Tautavel (rouge)
•maury sec (rouge)

2 IGP
• côtes catalanes (blanc, rosé, rouge et rancio)
• côte vermeille (blanc, rosé, rouge et rancio)
5 AOP en vins doux naturels :

•rivesaltes (ambré, grenat,tuilé, rosé, hors d’âge, rancio)
•maury (blanc, ambré, grenat, tuilé, hors d’age, rancio)
•banyuls (blanc, rosé, rimage, ambré, tuilé, hors d’âge, rancio)
•banyuls grand cru (tuilé)
•muscat de rivesaltes (blanc)

 

Plus d’informations : vinsduroussillon.com

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.