Baudry-Dutour, tandem chinonais

0

Comme Jacob-Delafon,  Smith&Wesson ou Pernod-Ricard, Baudry-Dutour s’impose comme une association automatique de mots  à Chinon. Le tandem officialisé en 2003 entre Jean-Martin Dutour, ingénieur agronome et Christophe Baudry, viticulteur à la tête d’une exploitation familiale depuis plus de cinq générations, a généré une multiplication des bouteilles. Aujourd’hui, Baudry-Dutour exploite 130 ha dont 120 classés dans l’AOC et est devenu le 1er producteur de Chinon avec plus de 800 000 cols …

Quatre domaines permettent de concevoir un gamme chinonaise bien étagée qui va du complexe Château Saint-Louans planté sur un terroir originel de Chinon au joyeux Clos des Marronniers du Domaine du Roncée (11,50€). Le dernier né blanchit l’ensemble. Ce Petit Rouilly baptisé du nom de la parcelle argilo-calcaire située à la lisière de l’AOC chinon est un sauvignon en IGP Val de Loire à la trame bien tendue plaisant pour l’apéritif avec ses arômes d’agrumes et de litchis. Baudry-Dutour le destine au CHR et à l’exportation qui demeure, par ailleurs, l’un des points faibles de Chinon rouge. Production attendue en 2017 : autour de 100 000 bouteilles.

Christophe Baudry et Jean-Martin Dutour

Les deux associés ne semblent pas, en tout cas, se laisser abattre par les malédictions météo qui n’épargnent pas les vignobles de Touraine. En 2016, le gel a notamment  fait tomber le rendement à 16,50 hl/ha contre 48 en 2015. «Depuis 2011, on n’a pas connu une récolte normale» se désole Christophe Baudry.   Avec une production 2016 dix fois moins importante que l’année dernière, le marché du chinon rosé qui commençait à décoller risque d’être perdu durablement.

 

Ouf, les beaux terroirs ont été relativement épargnés. Ainsi en va-t-il du Château de Saint-Louans, haut de gamme, planté sur l’un des meilleurs terroirs de l’appellation qui décline des vins digestes et complexes au boisé délicat.
Pas question pour les deux compères de baisser les bras. D’où l’investissement dans quatre éoliennes qui chauffent et brassent l’air. Chacune permet en principe d’éviter le gel sur une surface de 2,5 ha quand la température tombe jusqu’à moins 5°.
De même, ils n’oublient pas de jouer la carte œnotouristique avec leur Château de la Grille. Cette ex-propriété de la famille Gosset a été rachetée par le duo en 2009. Ne manque qu’une belle au bois-dormant dans ce château néo-gothique entouré de 30 ha de vignes au milieu d’un parc. Dans le caveau de dégustation totalement rénové, on oublie Vénus pour Bacchus surtout lorsqu’on a en bouche des chinons solaires comme ceux du millésime 2011 (19€).

 

En savoir plus sur Baudry-Dutour

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.