Appel à la manifestation aux Invalides lundi 14 décembre.

0

L’UMIH et le GNI appellent à un grand rassemblement national et statique aux Invalides lundi 14 décembre 2020 à partir de 13h00.

Le but de cette manifestation nationale est de rassembler tous les acteurs de la filière restaurateurs, cafés, brasseries, traiteurs, hôtels, discothèques et établissements de nuit, bowlings et établissements de loisirs, centres de thalasso … Mais également tous les partenaires et prestataires tels que les brasseurs réunis au sein de la Fédération des Boissons, les métiers de bouche, les primeurs et d’une façon générale tous les producteurs impactés par la fermeture des restaurants, des viticulteurs aux liquoristes…

Un seul mot d’ordre : la réouverture le plus rapidement possible, dans le respect d’un protocole sanitaire strict symbolisé par un « #Laissez-nous travailler ». «Nous serons les derniers commerces à pouvoir rouvrir alors que la date de réouverture le 20 janvier 2021 n’est même pas acquise.» expliquent les syndicats.

Pour autant, GNI et UMIH jouent gros en termes de responsabilité. Car le “métier” a été traversé de débats internes parfois houleux et les acrimonies n’ont pas manqué de naître entre les restaurateurs appliquant strictement le protocole et certains patrons de bars/brasseries plus coulants sur les règles de distanciation sociale.


D’où la crainte de certains de voir ce clivage renaître avec des revendications et des slogans qui ne soient pas partagés par tous. Ainsi en va-t-il de l’UMIH qui a plaidé pour une réouverture immédiate et a vu son recours pour réouverture des bars et restaurants rejeté par le Conseil d’Etat le 9 décembre dernier. Au contraire, au GNI pas question d’entendre de tels slogans demandant une ouverture immédiate. ( lire l’interview de Pascal Mousset, président du GNI Paris-Ile-de-France)

«Demander la réouverture avant le 20 janvier 2021 serait une catastrophe… Car nul ne peut ignorer que le métier vit sous perfusion et que le gouvernement pourrait couper la transfusion si les choses se passaient mal. » craint un restaurateur parisien.

A ce sujet, l’enquête des Maîtres Restaurateurs sur les cas de contamination au restaurant et leur demande d’un “suivi statistique sanitaire des restaurants pour éviter les amalgames et idées reçues” témoigne d’un sens des responsabilités et d’un souci de rassurer l’opinion publique tout en évitant la stigmatisation.


Car au moment même où apparaît le spectre d’une 3ème vague, le vrai risque pour les syndicats de restaurateurs serait de voir l’opinion publique basculer alors que la profession a gagné la bataille des cœurs jusqu’à présent sur la plupart des tableaux, du petit bar marseillais au bistrot parisien en passant par le restaurant gastronomique.

Share.

Comments are closed.