Coq Rico

0

Coq Rico, rendez-vous des belles poules de Montmartre
Amateurs de poule, oubliez Pigalle, grimpez la Butte ! Depuis quelques mois on peut s’en taper une à 4 pour 25€ par tête de pipe…C’est une volaille de premier choix qui vous attend au Coq Rico, Bistrot des Belles volailles ! Evidemment un tel nom, à Montmartre, ça peut faire peur…Ne va-t-on pas se faire plumer comme quelques malheureux touristes de la Butte. Rassurez-vous le patron n’est pas un michetonneur…

coq-rico-salle

Surtout, la belle volaille ce n’est pas le client mais ce qui se trouve dans l’assiette. Une idée du chef du Drouant, l’Alsacien Antoine Westermann, qui a décidé de planter sa crête de Coq à Montmartre et de n’y servir que des volailles de premier choix sélectionnées par le Coq Saint-Honoré. Vu le pedigree du boss, en fait de bistrot ce n’est pas celui des Poulbot encore moins un “Assommoir communard”. On est dans le chic, le blanc, le ouaté comme un duvet de couette. On a de la place, on peut se parler sans être assourdi. Bref, on est bien. Y compris au bar, endroit stratégique d’où observer le ballet de la cuisine et les gallinacés dorer doucement sur leur rôtissoire.

coq-rico-chef

C’est Thierry Lébé, chef du Coq et associé, qui met en musique cette symphonie volaillère. Poulet, pintade et canette de Challans, Géline de Touraine, Poulet de Bresse Aop, Pigeon du Poitou etc… Comme l’explique un convive un brin pessimiste…«ici, on peut encore retrouver le goût des volailles de notre enfance, sentir cette fermeté. Pas sûr que la jeune génération ait goûté autre chose qu’aux poulets industriels.» Cela explique aussi que ce Coq Rico parvienne à créer des addictions chez les amateurs. Comme l’explique Thierry Lébé, il n’est pas rare de voir des clients venir régulièrement le dimanche savourer une volaille.

coq-rico-oeuf

coq-rico-terrine

Qu’ils se dépêchent car la volaille française est plus que jamais menacée par les volailles de batteries de plus en plus souvent allemandes. (voir à ce sujet notre article sur l’inauguration du nouveau pavillon de la volaille de Rungis).
Il y a aussi les œufs. Ceux du Coq Rico se conjuguent à la coque au beurre de truffes, frits, au plat, à la russe. A des prix de 12 à 13€. La terrine de volaille (14€) révèle le talent du chef, elle ressemble à une carte de bataille du Seigneur des Anneaux. Un objet d’art où on distingue les cours d’eau et les montagnes. Elle exhale des arômes d’une force rabelaisienne. Du grand art. Sa saucisse de volaille est aussi suave et tendre qu’un Seul bémol, celui des pommes-frites, goûteuses mais un chouia trop molles.

coq-rico-boudin-volaille
Sinon pour les amateurs de “terroir alsaco”, venus à deux ou à quatre, on ne savait trop conseiller la poulette de Bresse en baeckeoffe à la truffe. On retrouve aussi cette inspiration dans les desserts (12 à 15€) conformes à l’image de la gastronomie alsacienne. C’est-à-dire aussi spectaculaires que roboratifs. Comme ce vacherin conique glacé aux marrons & sorbet fruits de la passion, mousse glacée au Grand-Marnier, salade d’oranges aux zestes confits, plutôt délicate. Petite réserve sur la brioche perdue un peu sèche et qu’on attendait plus onctueuse…Mais bon, on ne vient pas chez Coq Rico pour la brioche.

coq-rico-crumble

coq-rico-blanc-manger

coq-rico-dessert

Le Coq Rico – 98 rue Lepic – 75018 Paris – Tél. 01 42 59 82 89
Métro : Abbesses
Plat du jour : 15 € le midi, verre de vin 5€
Lundi : Gratin de macaroni à la volaille & salade
Mardi : Tomates « Cœur de bœuf » farcie à la volaille, riz pilaf
Mercredi : Saucisse de volaille « Maison » rôtie, pommes de terre sautées au persil
Jeudi : Omelette aux girolles, frites « Maison » & salade
Vendredi : Lieu jaune rôti aux béatilles, jus vinaigré & purée de pommes de terre
Sinon ticket moyen 50€.
Site internet

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.