Le Prix Wepler et la Fondation de la Poste

0

Le Prix Wepler apparaît-il comme une belle réponse du berger de la rive droite aux bergères de la rive gauche. Aussi parisien que ses devanciers, le prix Wepler renoue avec une autre histoire littéraire de Paris marquée par Montmartre et également avec son propre passé puisque le Wepler fut l’un des refuges de l’écrivain, Henry Miller, auteur de “Jours Tranquilles à Clichy.“

Ce Prix est dans la plus pure tradition “parigo-aveyonnaise“, dans la mesure où l’un des premiers du genre fut créé par Marcellin Cazes, le légendaire patron de Lipp et qui devint le prix Cazes. Avant d’être suivi par ceux des Deux Magots et du Flore.

«Un prix qui naît de l’association d’une brasserie et d’un libraire ne peut pas être forcément mauvais», soulignait avec un art de la litote consommé un des participants à la sixième édition du Prix Wepler-Fondation de la Poste le 24 novembre 2003.
Créé en 1998, par Marie-Rose Guarnieri (Présidente du Prix), célèbre libraire de Montmartre et Michel Bessière, patron du Wepler, avec le soutien de la Fondation de la Poste, ce Prix est donc devenu en peu de temps une institution de la vie littéraire parisienne. Sa 11 ème édition de novembre 2008 n’a pas démenti son succès.

prix-wepler

Jamais, le Prix Wepler n’a failli à sa réputation d’indépendance. Indépendance de la pensée avec un jury composé pour moitié de lecteurs -ce qui en fait un prix à l’écart des cénacles de l’édition de la Rive Gauche frappés par le “big business“ de la concentration en cours dans l’édition- et dont parfois les choix semblent très loin des exigences des lecteurs.
Indépendance d’une des dernières grandes brasseries parisiennes dans un milieu lui aussi en proie à la concentration des groupes de restauration. Le Wepler est “une brasserie qui n’a pas besoin de se hausser du col» rappelait à cet égard Michel Bessière.

Michel Bessière
BessiereToujours tiré à quatre épingles, dans ses costumes impeccables, on pourrait croire Michel Bessière (ci-contre à droite) obnubilé par la seule bonne marche de son Wepler. Or voilà un homme aux multiples facettes. Un homme faisant preuve d’une large ouverture d’esprit qui met la culture en avant plutôt que de pousser la sono pour attirer le chaland. Ainsi de son alliance avec Marie-Rose Guarnieri, ex-du Larzac et vraie libraire contestataire du quartier de Montmartre et qui entend redonner aux livres leurs éclats. Il n’empêche pour monter un prix littéraire sur la rive droite, après Lipp, le Flore et les Deux Magots, il fallait être non seulement motivé mais également audacieux. 

Dix-sept ans plus tard, le pari est gagné et le prix Wepler-Fondation de la Poste est unanimement reconnu.

voir la liste des lauréats du prix Wepler

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.