Jerôme Bertrand-Bergé, vigneron à Paziols

0

Situé  à Paziols, village à l’ouest de l’appellation Fitou, le domaine Bertrand-Bergé est depuis  six générations une référence dans le Fitou. L’aïeul, Jean Sirven, avait décroché une médaille d’or à l’Expo Universelle de 1900. Il avait créé dans la foulée un dépôt-vente à Amiens afin de vendre lui-même son vin. Ce qui n’était pas banal pour l’époque. 

En 1993, Jérôme reprend le domaine familial. Pas question de déchoir : «On n’avait pas le choix, ici les vins ont toujours été de qualité et on n’a jamais recherché le rendement». Claude Nougaro qui avait une maison dans le village était un amateur fidèle.  Entre deux enregistrements, il filait au caveau des Bertrand-Bergé se « rincer le gosier ». 

Les parcelles du domaine s’insèrent dans un paysage sauvage de bout du monde, fait de rocailles, de garrigues et de montagnes entre la tour de Tautavel et le château cathare d’Aguilar.

Le terroir argilo-calcaire est tapissé de galets roulés des poudingues. « C’est le meilleur des sols » assure Jérôme Bertrand-Bergé. Aidé de son épouse Sabine, ils ont abattu un travail de forçat, arrachant, replantant, remontant les cazelles (les abris en pierres sèches des vignerons – NDLR) afin d’offrir un abri aux chauves-souris gourmandes d’insectes ravageurs. 

Passés en bio en 2011, le couple de vignerons sème du trèfle entre les vignes ainsi que du seigle qui a pour vertu de décompacter les sols. Ils  plantent également des céréales pour faire reposer les sols sur d’autres parcelles récemment rachetées.

Lors des vendanges, ils ne gardent que les meilleurs grains. Ils recourent à une machine de tri. Durant la vinification, ils séparent terroirs et cépages. La macération dure trois semaines durant lesquelles on effectue nombre de remontage et de délestage. Au final, des cuvées attachantes comme Les Mégalithes et parfois envoûtantes, à l’exemple de la cuvée Jean Sirven. 

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.