Pour son 26 ème chapitre, Saint-Juliénas des Prés réunit l’art bistrotier et l’humour

0

Saint-Juliénas des Prés est toujours aussi œcuménique. Et Vincent Audras, son grand prêtre,  œuvre vaille que vaille au rassemblement de ses ouailles. Le 26ème chapitre de la confrérie, tenu le 16 mai au pied du chevet de l’église de Saint-Germain des Prés, a réuni, une fois de plus, les tribus bistrotières de la capitale.

Comme chaque année, c’est dans les salles du Procope que les membres de la confrérie ont terminé la soirée en chansons beaujolaises…

Parmi les nouveaux intronisés, on a noté la présence de Jean-Michel Asfaux patron du bistrot Les Pipos ( Paris 5e), Bouteille d’Or de cette année, et de Christophe Chenal patron du Verre à Vin (Paris 12e), Coupe du Meilleur Pot 2018. Façon de ne pas oublier les brasseries, Thierry Campion patron de la Mascotte, brasserie iodée de Montmartre a également intégré la confrérie tout comme Jean-Michel Déhais, rédacteur en chef de l’Auvergnat de Paris – qui question “zincs beaujoliens” en connait aussi un chapitre… Alain Fontaine en a profité pour défendre avec la verve d’un Malraux évoquant Jean Moulin, l’action menée pour faire classer les bistrots et terrasses de Paris par l’Unesco.

Pour faire bonne mesure et rappeler que le juliénas – carburant de  l’inspecteur Bérurier- est un vin qui n’est pas fait pour les tristes sires, Saint-Julienas des Prés a aussi accueilli dans ses rangs deux baladins bien connus : Jean-François Dérec et Tex ( sur la photo en haut de page). Ce dernier a été “viré” de C8 en novembre 2017 à la suite d’une vanne jugée sexiste. Depuis son cas est devenu symbolique du débat entre humour et liberté d’expression. Gageons que Saint-Juliénas fera pencher la balance du bon côté. Celui de l’esprit léger et du bonheur de vivre. 

 

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.