Quinsou 

0

Devanture plutôt discrète, déco dépouillée contemporaine, banquettes beige, tables de bois brut, luminaires boules, le lieu est à l’image de son maître. Sobre et sans artifices. 

Ce Quinsou, – pinçon en occitan- devrait pourtant piquer la curiosité des élèves de l’école Ferrandi sur le trottoir d’en face. Car Antonin Bonnet, ancien chef du Sergent Recruteur, a un sacré parcours mais ne s’appuie pas sur la facilité des acquis. Chaque jour, avec la ténacité d’un scarabée décidé à traverser une voie communale, il trousse des assiettes et réalise des accords qui interpellent, d’autant plus que le menu est à chaque fois unique.

Comme Michel Bras avec qui il a travaillé trois ans à Laguiole avant d’être poussé par le maître du Suquet vers d’autres horizons, Antonin Bonnet semble puiser dans la nature et les saisons son inspiration. Sans les travestir. 

Cet originaire de Lyon ne regrette pas son terroir natal, déserté selon lui par les amateurs de bonne gastronomie. De fait, le tablier de sapeur ou l’andouillette à la fraise de veau ne semblent pas être sa tasse de thé. En revanche, il semble plus inspiré par le dépouillement d’un paysage Cévennol où il a passé une partie de son enfance. Certains verront dans ses assiettes une pureté de camisard, un retour aux sources.

 

Comme en témoigne ce filet de Saint-Pierre de petite pêche de Saint-Guénolé. Il abolit les frontières entre les terroirs, le terrien et le maritime. Comme ces asperges printanières qui fricotent avec des praires de la baie de Mont-Saint-Michel ou ce carré de veau avec sa purée de polypode (fougères), oignon Tropea (Calabre) et poudre de réglisse. 

Ne croyez pas pour autant qu’on soit dans le dépouillement et l’ascétisme. Le pinson est gai comme son pain maison avec  un nez de noisette et une mie onctueuse qui vous invite à saucer tous les plats.

Et davantage au dessert quand il dégaine une épatante tartelette à l’orange blonde de Sicile, marmelade bigarade, crémeux et sorbet citron, émulsion de coco, où le choc des textures et des fragrances vous accompagne longtemps comme le souvenir d’un très bon moment qui a stoppé la marche du temps. 

Quinsou
33, rue de l’Abbé-Grégoire, Paris 75006
Tél. 01 42 22 66 09

Menus déjeuner: 35 €
Menus soir: 48 et 65 euros.
Métro Saint-Placide

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.