Bernard Pivot crée un Comité de défense du Beaujolais

0
This entry is part 3 of 4 in the series beaujolais

beaujo_pivotUn Comité de défense du Beaujolais a été institué le 11 décembre à l’initiative de l’enfant du pays, Bernard Pivot et de Périco Légasse, chroniqueur gastronomique de Marianne. En coulisses, le « grand manitou » du beaujolais, Georges Dubœuf, qui  sait y faire question médias, a assuré la logistique de la réunion à Fleurie.

Composé de dix membres ce Comité s’est donné comme objectif de tordre le cou à toutes les vilaines idées répandues par les médias qui circulent sur le beaujolais. Chaque année, le comité décernera deux prix : l’un pour le beaujolais nouveau, l’autre pour le beaujolais-villages nouveau. Pour 2009,  le beaujolais nouveau Loron et fils a conquis le jury ainsi que le Château d’Emeringes, de Pierre David dans la catégorie Beaujolais-village.

L’année 2009 était bien choisie. D’une part, le millésime était superbe. D’autre part, un « vilain » reportage d’Envoyé Spécial de France 2 diffusé en octobre avait fait passer -aux yeux des vignerons locaux- le beaujolais nouveau pour un vin d’apprenti sorcier.
Le seul problème du beaujolais à Paris, c’est qu’il ne s’agit pas simplement d’un désamour des médias. Souvent bien des petits bistrots -qui ont rarement le nez dans les rubriques gastronomiques- confessent avoir été déçus année après année par les excès du primeur. Quant à soigner le mal à la racine, c’est-à-dire réconcilier les viticulteurs du beaujolais entre eux, c’est une autre paire de manche. Puisse ce comité les rallier sous une bannière commune dont ils soient fiers.

Series Navigation<< Un troisième jeudi de novembre…Le Beaujolais 2007 >>
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.