Rosés de Provence millésime 2018

0

Et si un jour le rosé de Provence dépassait le champagne à l’export ? Nous en sommes encore loin mais à observer la croissance du volume exporté -410 000 hl en 2018 (soit une multiplication par 7 en dix ans), le rosé provençal – soit les Côtes de Provence, les Coteaux Varois en Provence et les Coteaux d’Aix-en-Provence –  peut nourrir bien des espoirs.

Les Français demeurent les principaux consommateurs des rosés de Provence même si, aux comptoirs parisiens, on s’emballe moins pour ce vin pâle et délicat que pour certains rouges du Rhône ou du Beaujolais ou encore certains chenins et sauvignons ligériens.

Il n’empêche, le rosé provençal évoque les vacances et donne une bonne conscience à l’apéro comme au repas. Sa pâleur est promesse de légèreté … Mais la promesse est trompeuse si ce résultat est obtenu au prix d’une surdose de So2… Le rosé est un vin technique qui nécessite parfois jusqu’à une vingtaine d’opérations. Et comme toujours, rien ne remplace le talent du vigneron. A commencer par le choix du jour des vendanges et de son idée d’une maturité parfaite.

Avec le rosé de Provence, le marketing joue à plein en promettant le soleil et l’été. Avec ce résultat qu’à l’aveugle, certaines cuvées facturées 20€ ou plus peuvent procurer moins de plaisir immédiat qu‘un « petit rosé » à 8€. Nombre de cuvées du millésime 2018 ont dévoilé un nez délicat mais parfois une certaine astringence en bouche. Mieux vaut se montrer patient, les vrais bons rosés nécessitent un peu de temps pour que « le fruit se mette en place ».

Sélection de cuvées du millésime 2018

Estandon – AOC Côtes de Provence – Estandon Héritage

Quand la principale coopérative de Provence apporte en héritage une bouche fraîche et gourmande marquée par des notes vives de fruits rouges et une petite pointe d’épices… C’est un rosé pâle et précis, assemblage de 80 % de grenache, de 10% de cinsault et de 10% de syrah. Un « provence » idéal pour se déglacer le palais et se mettre l’esprit prêt à un festival de galéjades.

8,50€ TTC départ cave

www.estandon.fr

 

 


Domaine de la Sanglière – AOC Côtes de Provence La Londe – Prestige

Joli rosé pour des vacances présidentielles au Fort de Brégançon. Ce Prestige a un joli nez plutôt floral. Une bouche vive avec une pointe d’acidité comme un cocktail d’agrumes. Vin précis – assemblage de grenache (80%) de cinsaut- dont les grains proviennent d’un terroir de schistes et d’argile.

13,50€ TTC départ cave

www.domaine-sangliere.com

 

 

 

 


AOC Côtes de Provence – Château Barbanau- Cae Terra

Une toute petite cuvée d’à peine 3000 bouteilles qui donne un premier éclairage sur ce beau domaine. A preuve, cette exquise nature provençale incarnée dans cette cuvée bio délicate très pâle où domine le grenache à 90% face à la syrah. Nez floral, bouche délicate et notes de pêche et de mandarines amères et confites.

14,80€ TTC départ cave

 

 

 


 

 

 

AOC Côtes de Provence- Gilardi- Bailli de Provence

Ce Bailli de Provence est une des nombreuses marques et cuvées du groupe Gilardi, connu pour ses multiples domaines provençaux. Même s’il s’agit là d’une “grosse cavalerie” avec 300 000 bouteilles, cet assemblage de 60% grenache, 30% cinsault, 10% syrah surprend favorablement par un nez floral et une bouche vive marquée par des notes de petits fruits rouges.

 

6,14€ TTC départ cave

 

www.gilardi.fr

 

 


 

 

AOC Côtes de Provence – les Vignerons de Gonfaron – Féérique

Au pied du massif des Maures, les 150 viticulteurs de cette auguste coopérative qui va bientôt fêter son siècle s’expriment ici avec un rosé friand. Cette cuvée « Féérique», (assemblage 45% grenache, 24% cinsault, 18% syrah, 13% rolle) s’avère digeste et agréable à boire avec des nuances de pamplemousse … Rose, évidemment.

 

 

7,60€ TTC départ cave

www.vignerons-gonfaron.com

 


AOC Côtes de Provence – Château Paradis- Charles-Ryan

Ce domaine du Luc décroche nombre de médailles qui ne sont pas imméritées. C’est le cas de cette cuvée couleur pétale de rose, assemblage de 28% grenache, 26% syrah, 24% rolle, et de 22% cinsault. Aussi précise que délicate qui séduit d’emblée le palais.

 

10€ TTC départ cave
www.chateauparadis.fr

 

 

 

 


AOC Côtes de Provence – Domaine des Peirecèdes – Fil d’Ariane

Avec lui, on n’est pas perdu… On est face à un rosé bio vif, ample et joyeux. Assemblage de 35% grenache, 35% cinsault et de 30% de syrah. Un vin souple rond sur des notes de fruits rouges, capable de tenir tête sans problème à une viande blanche.

9€ TTC départ cave

www.peirecedes.fr

 

 

 


AOC Côtes de Provence – Château Rosan – Elégance

Un vin à la robe marquée par la pâleur et au nez floral. Assemblage de 75% grenache et de 25% syrah, il offre dans un bel équilibre une bouche bien structurée, marquée par des notes de fruits exotiques comme la mangue.

11€ TTC départ cave

 

rosan.fr/

 


 

AOC Côtes de Provence- Château Saint Roux

 

Est-ce parce qu’il cumule les principaux cépages rouges de l’appellation (grenache, cinsault, syrah, mourvèdre, rolle) et qu’ils sont bien travaillés, que ce rosé se distingue comme un grand rosé marqué par la finesse et l’élégance sur des notes d’agrumes ni trop amères ni trop douces. Le domaine est en conversion.

16,50€ TTC départ cave

www.chateausaintroux.com

 

 

 


AOC Côtes de Provence Sainte-Victoire – les Vignerons du Baou – Baou Sainte Victoire

Assemblage de 60% syrah et 40% grenache, voilà un rosé délicat à la bouche très tendre comme un premier baiser. Que dire d’autre, sinon qu’il amènera sérénité et bonheur à l’apéritif.

9,40€ TTC départ cave

 

www.vigneronsdubaou.com

 

 

 

 

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.