Epiphanie 2019, quelles cuvées avec la galette ?

0

Qui donc a décrété que celui qui héritait de la fève lors du rituel de la galette devait mettre la main au gousset pour en payer une autre ? Nul ne le connaîtra jamais. C’était pourtant un sacré malin. Grâce à –ou à cause de –lui, et à partir du sacro-saint jour de l’Epiphanie jusqu’aux portes de février, la galette remet maintes fois le couvert. Au grand plaisir des gourmands…et des pâtissiers.

Elle semble bien réglée cette cérémonie de la galette des Rois, qui excite les petits, les grands, et jusqu’au plus humble des fabophiles (*). Et depuis quand existe-t-il, ce rituel qui a traversé les siècles? Depuis 2019 années ? Depuis le rallye des Rois Mages vers l’étable du boeuf, de l’âne, de Marie, de Joseph et du Divin Enfant ?…Que nenni ! Il est né à l’époque de ces « fous de Romains » (cf Obélix !) qui lors de la bamboula des Saturnales, laissaient au hasard, via la fameuse fève, le soin de désigner le roi de la fête.

Cette tradition gourmande n’eut aucun mal à s’installer en France, présentant deux aspects gourmands selon qu’on se plaçait en « territoire » –le mot est à la mode !- d’Oc ou d’Oïl. En Oïl, la gourmandise en question se nommait « galette », tandis qu’en Terre d’Oc, on se régalait du « gâteau » des rois. De là naquirent les deux tentations friandes que chaque année, nous offre l’Epiphanie : « la galette » faite de pâte feuilletée dorée au four et le « gâteau », agrémenté de fruits confits au sein de la brioche. Quel type de breuvage se mariera le mieux avec chacune de ces pâtisseries ? Des cidres , secs ou doux, dispensant une fraîcheur désaltérante? – Pourquoi pas. Mais également du vin, référent religieux qu’on se doit de révérer. Moelleux ou demi-sec pour « épouser », en douceur, galette ou gâteau. Pas question de badiner avec l’amour.

Avec le « gâteau », brioche dont les fruits confits véhiculent quelques notes sucrées, nous proposerons de douces pétillances, peu alcoolisées, dispensant une fraîcheur désaltérante.

A la « la galette » (pâte feuilletée fourrée de frangipane), quelque moelleux ou sec-tendre, un brin canaillou, fera l’affaire. Histoire d’accompagner et de maîtriser sans brutalité, les pièges de la frangipane.

Quelques suggestions d’accord :

 

 Cidre “Les Grisettes” de Roger Groult

Il s’agit d’un cidre extra brut (alcool 5%) issu majoritairement d’une récolte de pommes douces-amères. Dans le verre, languissante ascension de fines bulles, en prélude d’un nez fruité au coeur duquel viennent s’insinuer de discrètes notes de noisette. La bouche, équilibrée, un poil tonique, se distingue par une bonne fraîcheur où la pomme , légèrement blettie, se voit accompagnée, au cours de la finale, de vivifiantes pirouettes d’agrumes.

(13 €)-

www.calvados-groult.com
Roger Groult-14290 Saint-Cyr- du- Ronceray-02 31 63 71 53

 


Blanquette de Limoux-Méthode Ancestrale –Maison Antech-

Le principe d’élaboration de ces « blanquettes », uniquement nées du cépage mauzac, réside dans une seule fermentation en bouteille. Affriolante robe jaune pâle, nez de pomme au four, bouche fruitée dominée par de friandes douceurs (fruits blancs, raisins secs), galvanisées en finale par de jubilantes notes minérales.

 

(8,20 €)-  Antech-11300 Limoux- 04 68 31 15 88.

www.antech-limoux.com

 

 

 

 

 

 


– Galliot-Montlouis 2017-Demi-sec-

Ce « sec-tendre » de belle appétence, dévoile un nez très ouvert sur les fruits blancs (coing, pêche de vigne) et les fleurs d’acacia. L’aimable rondeur de la bouche se trouve renforcée par des fragrances évoquant la confitue de mirabelles.Sans aucune amertume, une petite finale acidulée maintient la fraîcheur.(6,50 €). Ph. Galliot. 37270-St Martin-le-Beau- 02 47 50 24 24,

Ph. Galliot. 37270-St Martin-le-Beau- 02 47 50 24 24, dévoile un nez très ouvert sur les fruits blancs(coing, pêche de vigne) et les fleurs d’acacia.


 

 Clos des Verdots-Côtes de Bergerac Moelleux-2016-

Surprenant de maîtrise, cet assemblage de sémillon et muscadelle, allie densité et élégance. La palette aromatique flirte avec les arômes botrytisés, signature des plus amples liquoreux. Une buvabilité de bon aloi reste présente tout au long de la dégustation. Nous avons aimé le fondu équilibré d’un fruité expressif (abricot confit, mandarine), souligné par une finale dont la tonicité donne à ce moelleux un goût coquin de « revenez-y » . Du cousu main !

 

David Fourtout- 24560 Conne-de-Labarde, 05 53 58 34 31. (7 €)

www.vin-verdots-bergerac.com

 

Consommer avec modération
(*) collectionneurs de ces figurines qui ont remplacé la traditionnelle fève. On n’arrête pas le progrès. Ni le commerce !

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.