Lipp, un café dans l’Histoire

0

Cazes : le juge de paix

Lors des valses des ministères, durant les palpitations parlementaires de la IVéme République, Marcellin, agitait souvent sa cloche pour ramener le calme dans la brasserie.

lipp_tontonLa cloche refit son apparition au soir du 10 mai 1981 avec l’élection de François Mitterrand. Ce soir-là, la brasserie s’était transformée en défouloir. A chaque entrée d’un visage connu de la politique, un camp applaudissait tandis qu’un autre huait, le nouvel arrivant en fonction de son appartenance politique. Comme le raconte Jean Diwo, dans son livre «Chez Lipp» , le vacarme atteint son paroxysme avec l’entrée du publicitaire Jacques Ségala, auteur du slogan des affiches de François Mitterrand “La force tranquille“.

Cazes, le physionomiste.

Un Belmondo, une princesse Grace de Monaco, un Mitterrand qui fait mine de ne pas voir un Thierry Le Luron qui observe Alice Sapritch. Le Tout-Paris, à midi et le soir, tous les jours de l’année et ce durant des années. Avec une foule qui attend debout et regarde les têtes connues du monde des arts et des médias. A certains, il dit deux heures d’attente minimum. Inimaginable aujourd’hui dans un monde où les people se font payer pour participer à des lancements de restaurants type Planet Hollywood. Marcellin et son fils Roger, ont donc réussi ce tour de force, sans toucher la déco, sans changer la carte, sans artifices ni écrans plats.

Un tel succès ne se fait pas en un jour, mais en plusieurs dizaines d’années. Le père Marcellin avait déjà initié le système. Evidemment, être physionomiste ne suffit pas, il faut être diplomate et le fils Roger va porter à des sommets ce sens inné de trier la clientèle, entre les importuns et les têtes couronnées tout en oubliant pas d’être profondément humain -ou visionnaire- en étant capable de garder une place à de jeunes inconnus comme Jacques Chazot qui, au départ, pouvaient à peine se payer un sandwich.

En savoir plus sur la brasserie Lipp aujourd’hui

1 2 3 4
Share.

Comments are closed.