Doggy bag obligatoire oui, glyphosate interdit, non

0

Afin de lutter contre le gaspillage alimentaire, à compter du 1er juillet 2021, les restaurateurs devront mettre à la disposition de leurs clients des doggy bags.  C’est l’une des nombreuses mesures votées par les députés lors du débat sur la Loi sur l’agriculture et l’alimentation. Elle a suscité des réactions de rejet de la part des principaux syndicats professionnels. 

Pour l’UMIH, « cet amendement va transformer l’engagement volontaire des professionnels en une nouvelle contrainte réglementaire venant s’ajouter à une liste déjà longue qui pèse sur la profession au quotidien (+ de 50 réglementations nouvelles par an). »

«Le doggy bag n’est ni une expression ni une pratique française » a réagi pour sa part le GNI dans un communiqué  qui fait référence à l’influence outre-atlantique de la mesure. «Au regard des millions de plats servis dans la restauration commerciale traditionnelle, le gaspillage alimentaire dans les restaurants et les débits de boissons représente moins de 27 centimes d’euros par plat. Or, un doggy bag coûte entre 25 et 70 centimes d’euro pièce !»  

La pilule est d’autant difficile à avaler pour les restaurateurs que d’autres professions évitent les mesures obligatoires. A commencer par l’interdiction du glyphosate reportée tout comme la vidéosurveillance dans les abattoirs, transformée à une expérimentation dans les établissements volontaires. 

Idem pour les industries agroalimentaires qui échappent à l’interdiction des publicités des aliments trop gras, trop salés ou trop sucrés à destination des enfants. Alors qu’un enfant sur six est en surpoids..

De même l’étiquetage Nutri-Score ne sera pas, lui non plus, rendu obligatoire sur les supports publicitaires. Or, cet étiquetage  avec un code couleur est l’un des principaux moyens de lutte contre la malbouffe … à l’origine de l’obésité. 

Nutri-Score

A l’aide d’une échelle de couleurs et de lettres allant de A à E, il permet d’évaluer les qualités nutritionnelles des produits manufacturés (pizzas, biscuits, céréales, desserts lactés, plats cuisinés, conserves, etc.), afin d’identifier le plus équilibré, le moins gras, le moins sucré et le moins salé. Le logo resta facultatif mais 50 entreprises se sont engagées à mettre le logo sur leurs produits dont Fleury Michon, McCain, Bonduelle ou Auchan … Mais les géants mondiaux tels que Coca, Nestlé, Unilever… rechignent. Etonnant, non ?

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.