Fronsac et Canon-Fronsac

0

Sur la rive droite de la Dordogne, l’ensemble des vignobles concentrés autour de Libourne font de cette sous-préfecture la deuxième capitale viticole de la Gironde après Bordeaux. Ce sont les anglais qui, depuis le Moyen-âge ont profité du port de Libourne, au confluent de la Dordogne et de l’Isle, pour venir embarquer les barriques de Saint-Emilion. Dans la première moitié du 20eme siècle, ce sont d’entreprenantes familles corréziennes qui ont su hisser les vins de la région au premier rang des appellations bordelaises.

Fronsac et Canon-Fronsac

En aval de Libourne, le vignoble de Fronsac qui ne produit que des vins rouges, serait le plus ancien du Bordelais. Toutefois, les vins de la région n’obtinrent le privilège d’être expédiés directement sans passer par Bordeaux qu’au début du 18ème siècle. Ce qui explique qu’ils ont été longtemps méconnu en Europe du Nord, principal débouché des vins bordelais.
Les vignes, jadis plantées en malbec, ont été presque entièrement replantées en merlot au cours du 20ème siècle, auquel s’ajoute du cabernet franc et du cabernet sauvignon.
L’appellation Fronsac couvre environ 1000 hectares mais seules les communes de Fronsac et de Saint-Michel-de-Fronsac ont droit à utiliser la dénomination Canon-Fronsac, réservée aux meilleures vignes de coteaux parsemés de bancs de calcaires caractéristiques du secteur.
Les vins de Fronsac ont une couleur rubis sombre et se distinguent généralement par des arômes de fruits noirs et des nuances épicées qui se développent en vieillissant. Ceux de Canon-Fronsac, généralement considérés comme plus puissants, sont plus sombres, plus denses et ont une bonne capacité de garde qui peut atteindre vingt ans dans les bons millésimes, tandis que les fronsacs se conservent généralement de huit à dix ans.

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.