Vin au verre, gravure obligatoire.

0

En quelques années, la vente de vin au verre au restaurant a explosé. 97 % des établissement le proposent désormais. Le vin au verre représente 20 % en moyenne des ventes de vin d’un établissement (contre 26% pour le pichet et le reste en bouteilles).  C’est l’effet conjugué  de la répression de l’ivresse, du prix élevé de nombre de bouteilles mais aussi du développement des distributeurs de vins sous vide ou gaz inertes qui permet de déguster un grand vin sans être obligé de commander la bouteille, qui explique ce phénomène récent. Phénomène qui s’intègre dans un contexte général visant à boire moins mais mieux. Voilà encore quelques années, le vin au verre était l’apanage des vrais bistrots à vins  qui pouvaient proposer à leurs clients plusieurs crus à déguster.

Si les règles d’information sur l’origine des vins s’appliquent également aux verres, c’est davantage sur leur contenance que se posent souvent le plus de problèmes.   7 cl, 12, 18 cl… Il n’existe en revanche aucune normalisation de celle-ci.

La DGCCRF a confirmé, il y a quelques années, que l’article 16 de la décret-loi du 30 juillet 1935 consacré au régime de l’alcool est toujours applicable à tous les débits de boissons. En clair, les verres doivent être gravés. Une jauge doit permettre d’indiquer la centilisation. Dans les faits, ce n’est pas toujours le cas.

 

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.