Le 20 ème anniversaire du Marathon des Leveurs de coude.

0

maraton9Vers 17h, entre Balto et Mazarin, à l’angle des rues Mazarine et Jacques Callot, le petit carnaval créèe un début d’embouteillage que les flics ont bien du mal à canaliser  d’autant que certains participants tentent vaille que vaille de leur piquer leurs vélos.

C’est un marathon qui va piano presque pianissimo…puisqu’à 18h30 au Bistro de la Grille Saint Germain, 26ème étape, il y a encore une dizaine d’équipes qui doit passer.

maraton14A partir de là, on arrive dans le “carré magique” des princes de la cuite des 3ème mi-temps. Dans les rues de la Vallée de la Soif, (rue Guisarde, rue Princesse, et rue des Canettes) on atteint le Nirvana. On peut entendre des déclarations d’amour à Paris: «Vous avez de la chance d’avoir tout le poids de cette tradition festive avec ce beaujolais qui mêle les gens dans la joie » déclare un pur landais, président de Club de Saint-Vincent de Tyrosse (Landes). Les débats sont toujours aussi animés entre les membres du Racing et ceux du PUC, les rivaux de toujours. Dans cette joyeuse ambiance plane parfois l’angoisse du futur et d’une histoire qui ne repasse jamais les plats. «Profitez-en, lance une riveraine, rien ne dit que ça recommencera l’année prochaine, ce marathon, ils l’ont déjà interdit par le passé. Des moments comme ça sont si rares.»

maraton12

Et les Old Blacks continuent à décliner leur haka avec toujours autant d’énergie tandis que les Cromagnons s’allongent par terre pour faire une espèce de chenille.

maraton1019h20, les premières équipes arrivent au terme de la course devant le Café de la Mairie, célèbre monument de la littérature à la déco intangible et immuable des années soixante. 20h30 : les résultats sont donnés sous la grande tente de Saint Sulpice. Au final, ce sont les Toques Etoilées, des chefs de bistrots qui se tous rasés pour mieux ressembler à Bernard Laporte qui remportent la compétition. Il faut dire qu’ils n’ont pas ménagé leurs efforts. François Hadji-Lazaro, l’ancien chanteur des Garçons Bouchers, tronche du rock français, dirigeait la cadence au son de sa vielle à roue. Chaque étape du marathon, étant marquée par la chanson dédiée à Bernard Laporte…«Bernard Laporte, tu devrais rester pilier de ton bistro de macaque, te voilà ministre, c’est n’importe nawac…»et le refrain, «Qu’importe Bernard Laporte pourvu qu’on ait la fête. » Le chef de file de la bistronomie, Yves Camdeborde, membre émérite s’est aussi rasé la tête…pour l’occasion.

La dernière étape du Marathon devant le Café de la Mairie Place Saint-Sulpice

La dernière étape du Marathon devant le Café de la Mairie Place Saint-Sulpice

1 2 3
Share.

Comments are closed.