Quand Nestlé défend la “culture alimentaire à la française ?”

0

 Ces assises Nestlé se tenaient au même moment que le Salon de la restauration Equip’Hotel. Là-bas aussi Nestlé avait un sacré stand pour mettre en valeur ses produits. Pas les mêmes que ceux servis au cocktail de ses “people” du Trocadéro.

nestle_coulan-1Jus de veau lié déshydraté (dont Nestlé fut l’inventeur voilà 35 ans), fondant au chocolat à enfourner, crème brûlée en poudre, purée minute en sachet …
Les commerciaux de Nestlé ne manquaient pas d’arguments sur les saveurs et la tradition pour convaincre les CHR et les bistrots de succomber à leurs facilités. Ils assuraient que leurs produits, surfant sur un succès commercial impressionnant, allaient continuer à se répandre dans le CHR… Tout cela rappelait un peu l’Aile ou la cuisse…

Pourtant malgré cette débauche de marketing, dans bien des fourneaux des petits bistrots, la résistance ne faiblit pas. Certains chefs continuent vaille que vaille à lier à la farine leurs fonds de veau après cuisson de leurs pots-au-feu. Pas sûr que Madame la Sénatrice, comme ses collègues sénateurs ou les membres du gouvernement, habitués aux belles tables de la république, dégustent leurs plats du jour à 15€. L’histoire de la France gastronomique ne se réduit pas à la cuisine de Louis XIV …
Il en va du camembert au lait cru comme du jus de veau lié. Si l’un a été sauvé récemment, le second est moribond. C’est au nom de l’alimentation si chère au ministre de l’agriculture que ces fonds de sauce lié lyophilisés connaissent un tel engouement. D’ailleurs, leur emploi est entré dans les codes des usages et les pratiques des écoles de cuisine. On ne va pas embêter les jeunes avec ces pensums alors que Nestlé a déjà tout préparé …

nestle_equiphotel

Bref, voilà comment s’étiole une civilisation au nom de l’hygiène. Et voilà une victoire de plus pour l’industrie agro-alimentaire qui n’en n’est qu’à ses débuts. On attend le côte-de-bourg en poudre !

1 2
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.