Le point sur le Label de Maître Restaurateur

0

Lancé en 2007, l’objectif du label de Maître restaurateur vise à une distinction officielle aux restaurateurs de métier reconnaissant ainsi leurs compétences et leur professionnalisme. Le titre de « Maître Restaurateur » est attribué pour 4 ans par le Préfet du département après examen du dossier et notamment de l’audit du cabinet certificateur.

L’expérience ou le diplôme

Le dirigeant doit respecter une des quatre conditions
– Brevet Pro, Bac Pro ou Certif. IV et +
– CAP, BEP ou même niveau + expérience professionnelle de 5 ans
comme dirigeant de restaurant
– Expérience professionnelle de 10 ans comme dirigeant de Restaurant
– Expérience professionnelle de 5 ans et activité sous contrôle technique d’un cuisinier d’un diplôme de niveau 5 mini et de 5 ans d’expérience professionnelle

Les éléments du dossier à constituer

Parmi les éléments du dossiers à constituer, outre l’identité, l’immatriculation au Registre du Commerce, les attestations de qualification, il y a surtout l’audit de l’organisme certificateur (type Veritas). Quatre organismes sont agréés, comptez environ 400 € l’audit.

Les exigences

A/ Produits de la table

1. Cuisine faite sur place
2. Achats des charcuteries et salaisons auprès d’artisans ou de PME Indépendantes
3. Non recours à des plats préparés
4. Produits acquis majoritairement frais
5. Diversification des plats proposés
(au moins 4 plats en entrée, 4 plats principaux , 4 desserts)
6. Si suggestions ponctuelles alors renouvellement quotidien (soit 1entrée, soit 1 plat, soit 1 dessert)

B/ Relations clients

7. Existence d’un traitement des réclamations clients
8. Personnel qualifié en salle
9. Accueil du client : aimable, souriant, courtois, poli
10. Informations précises et complètes si demande du client (information, réservation etc)
11. Tenue vestimentaire et corporelle soignée du personnel (en harmonie avec le site)
12. Conseil et information du client
13. Affichage lisible et visible des infos utiles (tarif, services,horaires, moyens de paiement)
14. Cartes de menu soignées, attractives et lisibles
15. Valorisation plats du jour et/ou spécialités maison)
16. Service à table efficace / Gestion de l’attente
17. Quantité suffisante / Présentation des plats
18. Factures claires, conformes, rapidité des formalités de paiement 19. Prise de congés aimable avec remerciements

C/Aménagements intérieurs

20. Accueillant, chaleureux, convivial, confortable, température agréable, ventilation et éclairage efficace
21. Si existence d’équipements à l’accueil des personnes handicapées > information du client
22. Mise en place de la table avec goût
23. Accueil des enfants : rehausseur ou chaise haute
24. Porte-manteaux et/ou vestiaire suffisant sûr et propre

D/ Environnement et extérieurs (si existants)

25. Extérieurs propres et en bon état
26. Mise à disposition d’un stationnement (payant ou gratuit)
27. Eclairage des abords, parking, entrée en bon état
28. Si aménagement : équipement confortable et de qualité (terrasse ombragée ou parasols)
29. Signalétique d’accès au site visible, lisible et uniforme (si existante et autorisée)

E/ Hygiène, sécurité et propreté

30. Espaces cuisine et stockage propres, en bon état avec outils de production à l’hygiène irréprochable
31. Revêtements muraux, sols, plafonds et mobilier propres et en bon état
32. Conformité à la réglementation en matière de sécurité incendie (signalétique et issues de secours)
33. Sanitaires en bon état, propres et éclairés avec poubelles, sèche- mains, savon liquide, ventilation
34. Absence de communication entre sanitaires et cuisine

Avantage fiscal : Autrefois de 30 000 €, l’avoir fiscal n’est plus que de 15 000 €.
Crédit d’impôt de 50% des dépenses de modernisation du restaurant.
Pour les maîtres restaurateurs titrés en 2012, le crédit d’impôt s’appliquera en 2012.
Montant maximal : crédit d’impôts jusqu’à 15.000 euros maximum (sur la base 30.000 euros de dépenses selon les modalités fixées par le Bulletin officiel)

Liste des dépenses éligibles

Dotations aux amortissements des immobilisations et dépenses
– Permettant d’adapter les capacités de stockage et de conservation à un approvisionnement majoritaire en produits frais
– Relatives à l’agencement et à l’équipement des locaux lorsqu’elles permettent d’améliorer l’hygiène alimentaire
– Permettant d’améliorer l’accueil de la clientèle
– Permettant l’accueil des personnes à mobilité réduite
Dépenses courantes
– Dépenses vestimentaires et petit équipement pour le personnel de cuisine
– Formation du personnel à l’accueil, hygiène, sécurité, techniques culinaire
et maîtrise de la chaine du froid
– Tests de microbiologie
– Signalétique intérieure et extérieure de l’établissement
-Audit externe Titre Maître Restaurateur
En savoir plus sur le site officiel : http://www.maitresrestaurateurs.com

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.