Le Potovin

0

potovin_sarahL’Académie Rabelais affectionne décidément les petits bistrots de quartier. A preuve les récipiendaires de la Coupe du Meilleur Pot 2014 sont deux patronnes – Sarah Hammi et Véronique Guers- d’une petite brasserie tapie rue Brézin, affluent du grand fleuve du Général Leclerc à deux pas de Denfert-Rochereau. Leur endroit baptisé Potovin ne fait pas référence au pot-de-vin. Mais le nom a dû tinter favorablement aux oreilles des jurés de la Coupe du Meilleur Pot surtout quand on connaît les racines lyonnaises de ce prix du bistrot parisien et l’influence des pots de beaujolais qui ont inspiré sa création.

potovin_confitLe Potovin débite une cuisine de bistrot on ne peut plus classique à prix doux. Avec des entrées telles que le pâté du cantalien Mas ou des harengs pommes à l’huile. En plat, le confit de canard et sa purée-maison (14€) se laisse engloutir avec voracité. Idem pour les desserts maison à commencer par la crème brûlée ou le crumble (4,50€).


«Alors les garçons, vous prenez le tonneau à 
trois ? » Pour Sarah l’une des deux patronnes, il ne s’agit pas d’enlever la futaille mais d’inviter ses clients à s’asseoir autour de la barrique. A peine plus grande qu’un Sarkozy faisant ses pointes, cette patronne fait preuve d’un entrain communicatif qui impulse un gentil tempo à son endroit. Même si elle semble parfois un peu seule au coup de feu pour ne pas éviter quelques distorsions temporelles dans les commandes…quand certaines spécialités comme la 5A de la maison Lemelle nappée de sauce moutarde doit passer au four.

potovin_tonoDeux gros tonneaux, l’un sur le trottoir, l’autre en salle qui sert de table d’hôte signent l’esprit bachique du lieu. Les ardoises sont autant d’invitations à des dégustations prometteuses. Du coup, les stations debout au comptoir peuvent particulièrement durer par exemple au déjeuner du vendredi…

Et en bonne Coupe du Meilleur Pot, il y a une sérieuse sélection de quelques beaujolais signés Cheysson, Mathon ou la Combe du Loup. Et l’ardoise à vins permet de baguenauder dans bien des vignobles avec une quinzaine de rouges à des prix corrects. Comme ce coteaux du Lyonnais clos St Marc ( 22€) ou un fitou signé Gérard Bertrand. Ou encore un côtes-de-blaye Domaine du Petit Boyer (18€) qui prouve que le Potovin ne pratique pas le sectarisme et que le bordeaux coule aussi dans les pots, eurent-ils contenu du beaujolais à la précédente rasade ! Ce qui, en ces temps troublés d’obscurantisme et d’intolérance, est faire preuve d’œcuménisme bachique bienvenu.

Le Potovin – 12 rue Brézin – 75014 Paris – Tel : 01 45 40 74 49
Métro : Mouton-Duvernet
Formules midi : E=P ou P=D 15,50€ / E+P+D 19 €

Partager sur :

Les commentaires sont fermés.