Sélection de Terrasses du Larzac

0

Avec un recul de six ans depuis leur reconnaissance en AOC, les Terrasses du Larzac continuent d’avoir le vent en poupe. L’appellation languedocienne s’articule entre zones de piémonts et reliefs autour du Causse du Larzac. En forme de V, la zone d’appellation s’étend sur 32 communes et deux vallées et alterne terroirs argilo-calcaires, schistes, marno-calcaires, galets roulés, etc. Une diversité qui explique les différentes expressions du terroir.

Royaume des cazelles et capitelles (abris de bergers), durant des siècles, les parcelles travaillées… en terrasses exigeaient un épierrement régulier. Ici, entre Larzac et Cévennes, le minéral se fait parfois spectaculaire. A preuve, l’appellation est implantée sur trois Grands Sites de France labellisés : les Gorges de l’Hérault, le Cirque de Navacelles et le lac du Salagou – cirque de Mourèze (Octon).


Au-delà du minéral, ce sont bien les hommes qui sont à l’origine de la dynamique actuelle. Car les vieilles parcelles sont désormais travaillées par des vignerons au regard neuf. Le fait que 70% du vignoble soit en bio n’est pas innocent. Bref, la notoriété croissante entraîne une attirance pour ce terroir qui se traduit par une quarantaine d’installations en six ans. Gardarem lou vin del Larzac.

Superficie en production :
668 ha dont 80 % en certification environnementale

  •  Aire de production : 32 communes
  • 3 caves coopératives, 94 caves particulières 3 négoces-vinificateurs
  • Production annuelle : 18 995 hl (2018)
  •  Rendement maximum : 45 hl/ha
  •  Couleur : vins rouges uniquement

La Petite Parcelle 2018 – Domaine Romain Portier

Cette Petite Parcelle donne un grand vin plein de sève. Ce vin à la robe grenat est un assemblage de grains travaillés en bio de pieds de grenache (60%), mourvèdre (20%), syrah (15%)  et cinsault (5%). La vigne est travaillée selon des cycles lunaires, la vinification fait entrer une dose de souffre minimum pour un élevage de 16 mois en cuve béton et demi-muids de 1 à 2 vins. Le nez surprend par ses arômes explosifs de réglisse et d’épices. Quant à la bouche, le fruité mur se termine par une petite amertume bienvenue. La bouteille est vite tarie. 

Prix : 20€

romainportier@free.fr

Mon Rêve 2017 – domaine Mon Rêve

Sébastien Rouve parvient sans obstacle à faire partager son rêve. Au nez, cette cuvée fait frétiller les narines comme un concentré de garrigues. Fruits noirs, épices et beaucoup de fraîcheur qui font douter des 14° de titrage. Assemblage de syrah 60%, grenache 20% et carignan 20% . Les vignes s’épanouissent sur un sol de galets roulés et de ruffes. Après macération en cuve béton, une vinification en barriques  de 500 l (de 1 à 4 vins) durant 12 mois achève de polir ces tanins rêvés. 

Prix départ cave : 14 €

https://domainemonreve.jimdofree.com

L’évidence 2017 – Mas de l’Erne 

Ancien informaticien, Fabien Milési a repris en 2005 un vignoble de 8 ha sur la commune de Jonquières avant de le passer en bio en 2015. Sa cuvée Evidence a un potentiel aromatique puissant avec des fruits noirs. On retrouve cette ampleur et cette structure sur une bouche veloutée. Idéal sur une belle viande rouge. 

En bio depuis 2015

Prix public 15 €

http://www.masdelerme.fr/

Domaine d’Archimbaud l’Enfant Terrible  2018

Une robe grenat comme un jus de cerises noires que l’on retrouve dans le profil aromatique surmonté d’une fragrance de violette. Ce vin bio est joliment structuré. Est-ce le mourvèdre qui domine à 60% dans l’assemblage face à 25% de grenache et 15% de carignan. Si l’attaque est toute en puissance, les 18 mois d’élevage en barrique lui ont donné des tannins bien fondus et un boisé discret plein de tact. 

Prix autour de 16€-

Tél. : 04 67 96 65 35

Share.

Comments are closed.