La “Francuska Vinarija”, la quête d’une “Bourgogne antique” en Serbie

0

Les premières années, les Bongiraud passaient six mois par an à Rogljevo. Depuis, c’est plutôt quatre du fait des trois enfants restés en France. Des partenaires locaux assurent la gestion des tracasseries administratives et le suivi des parcelles en leur absence. Les deux Français confessent pourtant avoir de la peine à convaincre les vignerons d’alléger les pieds. Les vieilles habitudes ont la vie dure… Quoiqu’il en soit leurs rendements ne dépassent jamais les 30 hl/ha.

SONY DSC

Malgré la chaleur, autour des 30°, le recours au soufre à la vendange est inférieur à 30mg. Le vin sera labellisé bio en 2014 par Ecocert. Bien évidemment aucune levure exogène n’est utilisée pour lancer la fermentation. Cyrille, membre de l’association des vins naturels ne jure que par le calcaire. C’est lui qui apporte l’humidité aux vignes et leur permet de tenir. Le cépage n’est qu’un vecteur d’expression, explique ce disciple de Jean-Michel Deiss et de sa complantation (fait de cultiver dans une parcelle plusieurs variétés de cépages). On le croit volontiers quand on met son nez dans un verre de sa cuvée “Poema”. On croirait avoir à faire à un grand meursault alors que le riesling est le cépage dominant. Aux notes de fruits blancs, s’ajoute une pointe de réglisse, le tout se terminant par une finale longue et salée qui appelle un plat iodé. En rouge, la cuvée “Obecanje” (promesse en serbe) réalisée à partir de vieux pieds de gamay a la finesse et la souplesse d’un grand pinot bourguignon malgré un flirt avec un titrage de 14°.

SONY DSC

1 2 3
Partager sur :

Les commentaires sont fermés.